WikiLeaks révèle un programme de piratage de la CIA jugé risqué

La CIA peut transformer votre télévision en appareil d’écoute, contourner les applications de cryptage voire contrôler votre véhicule, selon des documents publiés mardi par WikiLeaks, qui met en garde contre le risque d’une prolifération des “armes” informatiques ainsi exposées.

WikiLeaks a publié près de 9.000 documents présentés comme provenant de la CIA, estimant qu’il s’agissait de la plus importante publication de matériels secrets du renseignement jamais réalisée.

Pour le site créé par l’Australien Julian Assange, ces documents prouvent que la CIA opère comme l’agence de sécurité nationale (NSA), principale entité de surveillance électronique des Etats-Unis, mais avec moins de supervision.

Un porte-parole de la CIA, Jonathan Liu, n’a ni confirmé ni démenti l’authenticité de ces documents, ni commenté leur contenu.

"C’est quelque chose qui n’a pas été entièrement évalué", a déclaré mardi le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, lors de son point de presse.

Pour autant, le président la commission du Renseignement à la Chambre des représentants, Devin Nunes, a affirmé ces révélations semblaient "très très sérieuses". "Nous sommes très inquiets", a-t-il ajouté.

Le site affirme qu’une grande quantité de documents de la CIA mettant au jour "la majorité de son arsenal de piratage informatique" a été diffusée auprès de la communauté de la cyber-sécurité. WikiLeaks en a lui-même reçu une partie qu’il a décidé de rendre publique.

"Ces archives semblent avoir circulé parmi d’anciens pirates du gouvernement américain et sous-traitants de façon non autorisée, l’un d’entre eux ayant fourni à WikiLeaks une partie de ces archives", a précisé le site, qui avait publié en 2010 des centaines de milliers de documents de la diplomatie américaine qui avaient fait trembler les chancelleries du monde entier.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite