Tunisie : Un plan de cinq milliards d’euros est nécessaire pour la relance de l’économie (Mehdi Houas)

Un plan d’investissements de cinq milliards d’euros est nécessaire pour la relance de l’économie tunisienne qui a “chuté à pic” durant les trois derniers mois, a affirmé le ministre tunisien du tourisme, Mehdi Houas.

Tunisie : Un plan de cinq milliards d
Dans un entretien publié mardi par le quotidien italien "Corriere della Sera", le ministre a également estimé nécessaires des "prêts à taux réduits à l’échelle européenne" pour faire face à cette situation qui a généré 500 mille chômeurs.

"Si nous ne relançons pas notre économie, nous pourrons mettre tous les navires que nous voudrions pour surveiller nos côtes, mais dans trois mois nous serons au point de départ", a-t-il prévenu, en faisant allusion aux milliers de migrants tunisiens qui quittent, depuis quelques semaines, les côtes tunisiennes pour rallier notamment l’île de Lampedusa, au large de la Sicile.

Dans le secteur du tourisme dont il a la charge, Houas a fait état d’un "fléchissement" marqué qui, selon lui, s’il n’est pas inversé, fait peser le risque de l’arrivée sur le marché, à la fin de la saison touristique, d’au moins 100 à 200 mille chômeurs qui chercheront eux aussi à émigrer.

Le problème doit être affronté "à une échelle européenne, si ce n’est pas mondiale", a estimé le ministre tunisien en soulignant la nécessité d’"un plan d’aides massives pour les pays d’Afrique du nord".

Pour Houas, "l’Europe ne peut être qu’en première ligne" dans ce domaine.

Lors d’une visite lundi en Tunisie, le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, devait confirmer aux autorités de ce pays l’engagement de Rome à mettre à leur disposition une ligne de crédits de 150 millions d’euros destinés à aider les jeunes à développer des activités créatrices d’emplois.

Après avoir accompagné Berlusconi lors de cette visite, le ministre italien de l’intérieur, Roberto Maroni, devait se rendre de nouveau ce mardi dans la capitale tunisienne pour la finalisation d’un accord "satisfaisant" pour les deux parties en matière d’immigration.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite