Syrie: les combats près de la frontière avec la Turquie poussent plusieurs Turcs à quitter leur ville

Plusieurs habitants de Ceylanpinar, une localité turque frontalière avec la Syrie, ont quitté lundi leur ville à cause des combats qui font rage de l’autre cô té de la frontière, au niveau de la ville de Ras Al Ayn, entre les forces loyales et les opposants au régime de Bachar Al Assad, a rapporté l’Agence de presse turque "Anatolie".

Un avion de guerre syrien a bombardé une usine de Ras Al Ayn contrô lée par les opposants au régime, non loin de la frontière avec la Turquie, a indiqué l’Agence citant des témoins.

Nombre de blessés syriens ont été transportés vers les hô pitaux de Ceylanpinar après ce bombardement dont le souffle a brisé les fenêtres de plusieurs boutiques de la ville frontalière turque, a souligné la même source, ajoutant qu’un ressortissant turc a été touché par les éclats d’un obus qui a atterri sur le territoire turc.

Suite à ces incidents, la Turquie a adressé une note de protestation à Damas, a indiqué le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmed Davutoglu.

Davutoglu, qui se trouvait à Rome, a indiqué, lors d’une conférence de presse avec son homologue italien, que la Turquie a informé les Nations-Unies et l’OTAN de ce qui s’est passé dans la zone frontalière de Ceylanpinar qui relève de la province de Sanliurfa.

Le chef de la diplomatie turque a imputé la responsabilité de ces incidents au régime syrien, précisant que le Conseil de sécurité assume également une part de responsabilité à cause du silence qu’il observe à l’égard de ce qui se passe dans la région.

Depuis l’incident des obus tombés début octobre dernier dans le village frontalier turc d’Akçakale, provoquant la mort de cinq civils turcs, Ankara a renforcé sa présence militaire le long de la frontière avec son voisin et riposte systématiquement à tout tir d’obus syrien frappant son territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite