Ségolène Royal : “Je veux être respectée”

Ségolène Royal :
"Je suis cash", dit-elle. Et de le démontrer sur-le-champ. Ségolène Royal s’est confiée au JDD sans détours. L’ex-candidate à la présidentielle a mal vécu l’escamotage du Bourget, où elle n’apparaissait pas dans le film retraçant le parcours de François Hollande, et exige: "Je veux être respectée." Elle a quelques arguments pour cela. "Même si François est haut dans les sondages, j’apporte des voix. Si demain, je soutenais Mélenchon ou Bayrou, ça aurait un poids."

Que l’état-major du candidat socialiste se rassure: Royal se veut "loyale", "droite"; elle refuse simplement de devenir "inutile dans le paysage politique". La fondatrice de Désirs d’avenir, dont elle a présidé ce samedi l’assemblée générale, veut bien céder l’avant-scène.

"Beaucoup de nos idées sont reprises. Je n’ai pas d’amertume, même si je n’ai pas la chance de les porter." Pour autant, hors de question de disparaître: si Ségolène Royal accepte d’aider son ancien compagnon à conquérir la présidence de la République, elle-même compte bien briguer celle de l’Assemblée nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite