Les soldats français n’ont “pas vocation à rester durablement en Centrafrique” (Hollande)

Les soldats français n’ont “pas vocation à rester durablement en Centrafrique”, a affirmé, lundi, le président français François Hollande.

S’exprimant lors d’une cérémonie organisée à Paris en hommage aux deux soldats français tués la semaine dernière dans des accrochages près de Bangui, M. Hollande a indiqué que les militaires français "seront progressivement relayés par la montée en puissance des forces africaines dont les effectifs vont doubler en quelques semaines pour atteindre 6.000 hommes".

Il a également indiqué que ces deux soldats "effectuaient une noble et belle mission: celle de sauver des vies humaines à Bangui", soulignant que la France s’est engagée "sans la moindre hésitation" en Centrafrique pour mettre fin à "des crimes contre l’Humanité".

Les deux militaires français "illustrent les plus belles qualités de l’âme humaine: le dévouement, le dépassement et le courage", a-t-il ajouté, relevant qu’ils "sont allés jusqu’au bout de leur devoir, au service de la paix, en Centrafrique".

Les deux parachutistes français ont été tués la semaine dernière dans un accrochage à proximité de l’aéroport de Bangui, quatre jours après le début de l’opération militaire française Sangaris, destinée à rétablir la sécurité dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite