Les avocats de DSK envisagent un abandon des poursuites

Un abandon des poursuites contre Dominique Strauss-Kahn pourrait intervenir “n’importe quand”. C’est William Taylor, avocat de Dominique Strauss-Kahn, qui l’affirme. Et cela n’est pas lié à la date de la prochaine comparution judiciaire de l’ex-chef du FMI, a-t-il déclaré mercredi.

Les avocats de DSK envisagent un abandon des poursuites
"La décision d’abandonner des poursuites relève du procureur et il peut la prendre n’importe quand". Vérité judiciaire ou coup d’esbroufe? William Taylor, avocat de Dominique Strauss-Kahn, a semblé confiant lors d’une conférence de presse tenue à Washington. Les avocats ont dit espérer que les accusations de crimes sexuels portées contre l’ancien ministre français soient levées d’ici à la prochaine comparution de DSK.

L’accusation n’a pas besoin d’une audience publique pour abandonner ses poursuites. Elle peut le faire en écrivant au juge. Interrogé sur le report de la prochaine audience, Me Taylor a indiqué que le 18 juillet "n’était pas une date à laquelle tout aurait été décidé". Il a répété que son client n’avait pas l’intention de plaider coupable d’un des sept chefs d’accusation portés contre lui dans le cadre d’un éventuel accord avec le procureur. Cyrus Vance, chargé du dossier DSK, avait annoncé lundi le report de la prochaine audience au 1er août, au lieu de la date du 18 juillet qui était initialement prévue.

DSK “dans un bon état d’esprit”

Interrogé sur les assertions de l’avocat de cette femme de chambre, Kenneth Thomson -selon qui son dossier médical prouve qu’elle a subi des violences-, Me Taylor a répondu que ce n’était pas la façon dont il voyait le dossier. La défense pense qu’il n’y a pas de preuves médicales soutenant les charges qui pèsent sur l’ancien patron du FMI, y compris de preuves permettant de dire qu’il a blessé la femme de chambre, a-t-il expliqué. En revanche, "depuis le début, nous n’avons pas contesté l’existence d’ADN [de l’accusé] dans la chambre", a rappelé l’avocat.

Sur l’état de DSK, qui ne porte plus de bracelet électronique depuis le 1er juillet, son avocat a rapporté qu’"il est dans un bon état d’esprit. Il est soulagé bien sûr, de se déplacer sans sécurité officielle. Il serait encore plus ravi de pouvoir se déplacer sans l’attention des médias internationaux".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite