La dette met la Tunisie à genoux, se tourne vers le FMI

Plus endettée que jamais, la Tunisie se tourne vers le Fonds monétaire international pour la quatrième fois en une décennie, espérant un accord sur trois ans et l’obtention de 3,3 milliards d’euros pour 2021, en contrepartie de promesses de réformes encore plus difficiles à tenir qu’auparavant.

Après des années de morosité économique et de gestion à court terme, la pandémie de Covid-19 a mis la Tunisie à genoux: sa dette extérieure a atteint la barre symbolique des 100 milliards de dinars (environ 30 milliards d’euros), soit 100% du Produit intérieur brut.

La Tunisie doit rembourser quelque 4,5 milliards d’euros sur l’année en cours et a ainsi besoin d’une rallonge de 5,7 milliards d’euros pour boucler son budget 2021, en pleine crise économique et sociale –le PIB a reculé en 2020 comme jamais (-8,9%).

“La pandémie s’ajoute à des déficits publics qui se sont creusés depuis dix ans et à un modèle de développement basé sur une main d’oeuvre bon marché qui s’est essoufflé depuis la fin des années 1990”, commente l’expert Hakim Ben Hammouda, un ancien ministre de l’Economie.

Si le FMI prévoit une croissance de 3,8% cette année, la situation sanitaire pourrait ralentir la reprise.

Le ministre des Finances Ali Kooli est à Washington jusqu’au 9 mai pour négocier avec le FMI un nouveau prêt. Il doit aussi rencontrer des responsables de la Banque mondiale et de la nouvelle administration américaine, sollicitée pour garantir des emprunts.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite