François Hollande veut un gouvernement de “combat”

Dans son allocution télévisée de ce soir au lendemain de la déroute historique des socialistes aux municipales, le président français, François Hollande, a déclaré qu'”Il est temps d’ouvrir une nouvelle étape”. “j’ai confié à M. Valls la mission de conduire le gouvernement de la France; Une équipe resserrée, un gouvernement de combat.”
“Le message que vous m’avez adressé, je le reçois personnellement. Je dois y répondre avec franchise”, a-t-il reconnu.

"En votant ou en vous abstenant, vous avez exprimé votre mécontentement et votre déception. J’ai entendu votre message. Il est clair. pas assez de changement, encore trop de lenteur, pas assez d’emploi, de justice sociale, encore trop d’impôts, passez d’efficacité dans l’action publique. trop d’interrogation sur la façon de nous en sortir", a-t-il dit.

Tout en saluant l’action de Jean-Marc Ayrault et les réformes engagées, il estime qu’il est temps d’ouvrir une “nouvelle étape” avec Manuel Valls à Matignon. "j’ai confié à M. Valls la mission de conduire le gouvernement de la France; Une équipe resserrée, un gouvernement de combat", a annoncé François Hollande qui a fixé trois priorités pour ce nouveau gouvernement: "Redonner de la force à notre économie"; "Au pacte de responsabilité doit correspondre un pacte de solidarité"; "Le gouvernement devra convaincre l’Europe".

"Mon devoir est d’inscrire mon action dans le long chemin d’un grand pays comme le nôtre. Il faut faire preuve de confiance, garder le cap. Je n’en dévierai pas, même si je suis prêt à faire les inflexions nécessaires, après le message adressé lors des municipales", a souligné le chef de l’Etat.

"Je veux adresser un message d’apaisement. On remet en cause la justice. Je ne laisserai aucune forme d’exclusion, d’intolérance. Le dialogue et le respect sont plus que jamais le meilleur moyen de rétablir la confiance", a-t-il ajouté. "Je suis et je resterai toujours fidèle aux engagements que j’ai pris devant vous avant l’élection présidentielle. Je n’oublierai pas par qui et pourquoi j’ai été élu", a-t-il encore dit.

Le président a également insisté sur “l’exigence de la transition énergétique” : un message clair aux écologistes, qui s’inquiétaient du report de la loi de programmation sur la transition énergétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite