France: un restaurateur refuse de service deux femmes de confession musulmane

La ministre française des Droits des femmes Laurence Rossignol a indiqué aujourd’hui avoir saisi la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme après qu’un restaurateur ait refusé de servir deux femmes voilées dans son établissement.
Le parquet de Bobigny a indiqué avoir ouvert dimanche une enquête pour “discrimination à caractère racial”.

Les faits ont eu lieu samedi à Tremblay-en-France en Seine-Saint-Denis. Selon les récits disponibles, deux femmes ont souhaité diner au restaurant Le Cénacle quand le chef cuisinier leur a intimé l’ordre de quitter les lieux sous prétexte que « tous les musulmans sont des terroristes ».

Dans une vidéo, prise par l’une des deux jeunes femmes pendant l’altercation, une des deux clientes déclare : « On ne veut pas être servies par des racistes ». Propos auxquels le restaurateur réplique : « les racistes ils ne tuent pas les gens ». Plusieurs fois dans la vidéo, il leurs demande de quitter le restaurant en expliquant, « je suis maître chez moi ». La vidéo se termine sur une discussion téléphonique d’une cliente qui explique que la police va intervenir.

Le Comité contre l’islamophobie en France (CCIF) a annoncé qu’il apporterait « assistance psychologique et juridique » aux deux femmes exclues de l’établissement.

Selon Le Parisien, le restaurateur du Cénacle a reconnu son erreur ce dimanche et présenté ses excuses. "Il a notamment expliqué qu’il avait dérapé compte tenu du contexte actuel de tensions autour de la question du burkini", écrit le quotidien.

Les faits ont eu lieu samedi à Tremblay-en-France en Seine-Saint-Denis. Selon les récits disponibles, deux femmes ont souhaité diner au restaurant Le Cénacle quand le chef cuisinier leur a intimé l’ordre de quitter les lieux sous prétexte que « tous les musulmans sont des terroristes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite