France: quatre bûcherons marocains exploités obtiennent des provisions sur salaire

Quatre bû­che­rons ma­ro­cains qui ont été em­ployés pen­dant un an à Ai­gu­rande (Indre) pour un sa­laire total in­fé­rieur à 2.200 euros, ont ob­tenu jeudi au­près du Conseil des pru­d’hommes de Châ­teau­roux que leur pa­tron leur verse des pro­vi­sions sur sa­laire.

Les sommes de pro­vi­sion s’éche­lonnent entre 3.500 et 5.900 euros.

Pré­sents de­vant le tri­bu­nal de Châ­teau­roux à l’an­nonce du dé­li­béré, les plai­gnants ont dé­claré être « sa­tis­faits d’avoir gagné le pro­cès ». Ils re­mer­cient la jus­tice fran­çaise en la­quelle ils avaient « une confiance to­tale », selon l”AFP.

Leur avo­cat, Me Florent Gra­vat, a évo­qué à l’au­dience un « em­ployeur qui aime bien faire tra­vailler les gens, mais est un peu rétif à leur payer un sa­laire ».

Deux des Ma­ro­cains étaient en CDD, « sur leur contrat, ces per­sonnes avaient un sa­laire de 1.156 euros net par mois. Sauf que, entre jan­vier et mai, l’un a tou­ché 330 euros et l’autre, 380 euros », a ex­pli­qué Me Gra­vat.

Les deux autres, en CDI de­puis le 1er dé­cembre 2017, avaient ef­fec­tué un CDD chez le même em­ployeur. « De juin 2017 à mai 2018, ils au­raient dû per­ce­voir 7.800 euros et 6.700 euros », a cal­culé leur conseil. « Ils ont tou­ché, res­pec­ti­ve­ment, 1.700 euros et 2.100 euros » sur l’en­semble de cette pé­riode.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite