Ebola: la France “en situation de soigner des cas” qui se déclareraient sur son sol (Hollande)

Le président français François Hollande a assuré lundi que son pays était “en situation de pouvoir soigner” des personnes atteintes par le virus d’Ebola, “si des cas se produisaient en France”.

"Nous sommes en situation de pouvoir soigner si des cas se produisaient en France", a dit le président de la République lors d’une déclaration à l’Elysée aux côtés de présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma.

La fièvre hémorragique virale qui sévit en Afrique de l’Ouest a fait 3.439 morts sur 7.478 cas enregistrés dans la région, selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), arrêté au 1er octobre.

Hors du continent, le premier cas d’Ebola a été diagnostiqué le 30 septembre aux Etats-Unis, où les autorités sanitaires déploient d’importants efforts de communication quotidiens pour apaiser l’inquiétude du public à l’égard des risques de contamination.

A Paris, le président Hollande a rappelé qu’"une infirmière de médecins frontières (MSF) a été soignée en France" et "a pu être traitée". Rapatriée le 19 septembre du Liberia, où elle effectuait une mission, la jeune femme, premier cas d’Ebola sur le territoire français, a été soignée dans un hôpital militaire en banlieue parisienne. Le ministère français de la Santé a annoncé officiellement samedi sa guérison, après qu’elle eut bénéficié de "traitements expérimentaux". M. Hollande a de nouveau appelé à "accélérer et amplifier les recherches pour qu’un vaccin puisse être trouvé" contre le fléau.

L’épidémie de fièvre Ebola est "une menace majeure, pas simplement pour les pays africains concernés mais pour l’ensemble du monde", a-t-il souligné, affirmant la nécessité de "prodiguer toute notre solidarité aux pays qui sont concernés".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite