David Cameron condamne “le meurtre brutal d’Alan Henning par l’EI”

Le Premier ministre britannique David Cameron a condamné vendredi soir “le meurtre brutal d’Alan Henning par l’Etat islamique”, organisation qui avait revendiqué l’exécution par décapitation de l’humanitaire dans une vidéo publiée un peu plus tôt.

"Le meurtre brutal d’Alan Henning par l’Etat islamique ne fait que montrer à quel point ces terroristes sont barbares et repoussants", a déclaré M. Cameron, ajoutant que ses pensées allaient à l’épouse et aux enfants du travailleur humanitaire britannique. "Alan était parti en Syrie pour acheminer de l’aide à des personnes de toutes confessions qui en avaient besoin. Le fait d’avoir été pris en otage au moment où il était en train de vouloir aider les autres, et maintenant d’avoir été assassiné montre que la perversion de ces terroristes de l’Etat islamique est sans limites", a ajouté le Premier ministre. "Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour traquer ces meurtriers et les amener devant la justice", a-t-il conclu.

Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont revendiqué vendredi l’exécution d’Alan Henning, en représailles aux frappes aériennes britanniques contre l’EI en Irak. La vidéo intitulée "un nouveau message à l’Amérique et à ses alliés", a été réalisée selon le même scénario que lors des exécutions précédentes de deux Américains et d’un autre Britannique.

L’EI présente aussi un autre otage américain, Peter Kassig, dans cette vidéo, qui n’a pas encore été authentifiée.

Enlevé il y a dix mois, Alan Henning, 47 ans, était un volontaire pour conduire un convoi d’aide en Syrie pour une organisation caritative musulmane.

Les jihadistes de l’EI détiennent toujours un autre otage britannique avec le journaliste John Cantlie, dont le père a plaidé pour sa libération vendredi dans un message prononcé depuis son lit d’hôpital.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite