Amis du peuple syrien: Juppé à Istanbul pour exiger “la mise en oeuvre complète” du plan de paix de Kofi Annan

Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, prendra part à la Conférence des Amis du peuple syrien, prévue le 1-er avril à Istanbul, en Turquie, pour exiger "la mise en oeuvre complète" du plan de paix proposé par M. Kofi Annan, envoyé spécial conjoint de la Ligue Arabe et des Nations Unies en Syrie, a annoncé mercredi le Quai d’Orsay.

Cette réunion, qui fait suite à celle de Tunis du 24 février dernier permettant d’"exprimer le large soutien international aux initiatives de la Ligue arabe dans le dossier syrien", intervient après "une supposée acceptation" par le président syrien Bachar al-Assad du plan de M. Annan pour une sortie de crise en Syrie, a déclaré le porte-parole du Quai d’Orsay, Bernard Valero.

"Bachar Al-Assad a indiqué à l’envoyé spécial conjoint de la Ligue Arabe et des Nations Unies, M. Kofi Annan, qu’il acceptait son plan de paix. Après des mois de promesses non tenues, la France et la communauté internationale le jugeront sur ses actes", a-t-il ajouté, lors d’un point de presse.

Ainsi, souligne-t-il, la réunion d’Istanbul sera l’occasion pour la communauté internationale d’"apprécier si le régime de Damas applique ou pas ce plan, respecte ou pas ses engagements, arrête ou pas les massacres auxquels il se livre quotidiennement depuis plus d’un an".

"Nous exigeons la mise en oeuvre complète du plan de paix proposé par M. Kofi Annan, à commencer par l’arrêt immédiat de la répression" d’autant plus que celle-ci "a fait encore ces derniers jours plusieurs dizaines de morts en Syrie et que l’on compte aujourd’hui par dizaines de milliers les blessés, les prisonniers, les réfugiés et les personnes déplacées", a relevé M. Valero.

Par ailleurs, le porte-parole a exprimé le souhait de la France que la nouvelle Conférence des Amis du peuple syrien soit l’occasion de "conforter le soutien international à l’opposition syrienne unie autour du CNS (Conseil national syrien)".

Il a salué, à cet égard, les efforts des opposants syriens réunis, mardi à Istanbul, "pour construire une vision commune pour la Syrie de demain", appelant "tous ceux qui veulent travailler à cette nouvelle Syrie à se rassembler très vite dans cet objectif".

"La déclaration qu’ils ont présentée hier à Istanbul constitue à nos yeux un document de référence pour définir les principes d’une Syrie démocratique, pluraliste et respectueuse des droits de tous les Syriens", a-t-il dit.

Lors de cette réunion, l’opposition syrienne avait émis des doutes sur la bonne foi du président Bachar Al Assad, qui a annoncé mardi avoir accepté le plan de paix en six points de Kofi Annan.

Ce plan préconise notamment la cessation de toute forme de violence armée par toutes les parties sous supervision de l’ONU, la fourniture d’aide humanitaire à toutes les zones affectées par les combats et la libération des personnes détenues arbitrairement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite