Algérie: l’armée abat 3 “dangereux” terroristes en Kabylie

L’armée algérienne a annoncé, samedi, avoir éliminé trois “dangereux” présumés terroristes dans un opération “toujours en cours” près de Tizi Ouzou (Kabylie), à une centaine de kilomètres de la capitale Alger.

Le ministère de la Défense qualifie, dans un communiqué, les hommes armés tués de "dangereux criminels", dont un spécialiste des explosifs, ayant rejoint les maquis en 2008, à la forêt de Sid Ali Bounab.

La région kabyle connait encore une importante activité des groupes armés, retranchés dans des zones montagneuses difficiles d’accès.

Il y a un peu plus de 48 heures, un kamikaze a été neutralisé dans la localité de Maatkas, à une vingtaine de kilomètres au sud de Tizi-Ouzou, avant de faire actionner une ceinture d’explosifs contre un commissariat de police.

Lundi dernier, six hommes armés ont été tués près de la frontière tunisienne, quelques jours après une attaque contre un site gazier dans le sud du pays.

L’opération intervenait au lendemain d’une réunion sécuritaire présidée par le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika sur les développements dans la région, notamment la saisie de missiles sol-air "Stinger" à la frontière avec la Tunisie, l’attaque contre la ville de Ben Guerdane et le renforcement de l’organisation Daech en Libye.

Depuis quelque temps, les plus hauts responsables de l’Etat ont multiplié les avertissements sur l’ampleur des menaces sécuritaires, alors que l’opposition considère cette levée de boucliers comme une nouvelle tentative de faire taire les voix discordantes.

Une attaque à la roquette a visé, le 18 mars courant, une installation gazière, située dans la localité de Krechba près de Ménea, dans la wilaya de Ghardaïa (près de 875 Sud d’Alger).

Cette opération avait rappelé l’assaut meurtrier de Tinguentourine en janvier 2013, quand un commando armé de 32 individus avait retenu en otage des centaines d’employés de ce complexe gazier.

Quarante employés de dix nationalités et 29 hommes armés ont été tués dans l’assaut donné par les forces spéciales algériennes pour libérer les otages.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite