Algérie/corruption: 16 ans de prison pour un patron de l’automobile

La justice algérienne a prononcé mercredi de lourdes peines de prison à l’encontre d’ex-ministres et d’un des plus influents hommes d’affaires de l’ère Bouteflika, le patron de l’automobile Mahieddine Tahkout, lors d’un nouveau procès pour corruption, a indiqué la défense.

Mahieddine Tahkout, qui dirigeait un important réseau de concessionnaires et possédait une usine d’assemblage du constructeur sud-coréen Hyundai, a été condamné à 16 ans de prison ferme, a indiqué à l’AFP un de ses avocats, Me Khaled Bourayou.

Le jugement exige le remboursement au Trésor public par M. Tahkout et ses associés de 309 milliards de dinars (environ 2 milliards d’euros), selon l’agence de presse officielle APS.

Le tribunal de Sidi Mhamed à Alger a suivi les réquisitions du parquet qui avait demandé 16 ans d’emprisonnement pour M. Tahkout, a-t-il précisé.

Il a été condamné pour “obtention de privilèges, d’avantages et de marchés publics en violation de la législation” et “blanchiment d’argent” avec ses deux frères et son fils, qui se sont vu infliger sept ans de prison ferme chacun.

Les deux ex-Premiers ministres Ahmed Ouyhia et Abdelmalek Sellal, déjà lourdement condamnés pour d’autres affaires de corruption, ont été condamnés à 10 ans de prison ferme chacun, selon l’avocat.

MM. Ouyahia et Sellal n’ont pas assisté à l’énoncé du jugement car ils ont été hospitalisés, a précisé au début de l’audience le procureur.

Ils sont tous les deux dans un service réservé aux prisonniers au CHU Mustapha Bacha, a indiqué une source médicale à l’AFP, sans pouvoir en préciser la cause.

Mahieddine Tahkout est un proche de l’ex-chef d’Etat Abdelaziz Bouteflika, chassé du pouvoir en avril 2019 sous la pression de l’armée et d’un soulèvement populaire. Il était en détention provisoire depuis juin 2019.

Petit commerçant, il a fait fortune en constituant une flotte de bus et en obtenant des marchés publics dans le secteur des transports universitaire et urbain.

Son réseau de concessionnaires commercialise Cima Motors Hyundai, Opel, Chevrolet, Suzuki, Fiat, Jeep ou encore Alfa Romeo.

Des administrateurs ont été désignés fin aout 2019 pour gérer des sociétés de proches de Bouteflika, dont le groupe Mahieddine Tahkout, qui avait indiqué peu de temps avant ne plus pouvoir verser les salaires de ses employés en raison du gel de ses comptes bancaires.

Il s’agit du quatrième grand procès pour corruption de l’ère Bouteflika.

Poursuivis dans chacun de ces procès, Ahmed Ouyahia, Premier ministre à quatre reprises entre 1995 et 2019, et Abdelmalek Sellal, chef du gouvernement entre 2014 et 2017 et responsable de quatre campagnes électorales d’Abdelaziz Bouteflika, ont été condamnés à dizaines d’années d’emprisonnement au total.

Mercredi, l’ancien ministre de l’Industrie Youcef Yousfi a également été condamné à deux ans de prison ferme tandis que Abdelghani Zaâlane, ancien ministre des Transports, a été acquitté, selon la même source.

L’ancien ministre de l’Industrie Abdeslam Bouchoureb, en fuite à l’étranger, a écopé de 20 ans de prison ferme par contumace. Un mandat d’arrêt international a été émis à son encontre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite