Abbas réplique après les accusations de “nettoyage ethnique” de Netanyahu

Le président palestinien Mahmoud Abbas a accusé Israël de “nettoyage ethnique”, quelques jours après une accusation similaire du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à l’égard des Palestiniens.

Source AFP

M. Netanyahu avait affirmé vendredi dans une vidéo que les Palestiniens refusaient la présence de juifs dans le futur Etat auquel ils aspirent et avait assimilé ce rejet à une volonté de "nettoyage ethnique".

Il réfutait que les colonies, c’est-à-dire la construction de logements pour des civils israéliens à Jérusalem-Est et en Cisjordanie depuis le début de l’occupation israélienne en 1967, soit un obstacle à la paix avec les Palestiniens, contrairement à ce que pense une grande partie de la communauté internationale.

Le département d’Etat américain avait qualifié cette intervention d’"inutile" et d’"inappropriée".

Dans une intervention prononcée à l’occasion de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha et rapportée par l’agence officielle Wafa, M. Abbas a accusé les Israéliens de "ne pas vouloir progresser d’un iota vers la paix en dépit de leurs déclarations fallacieuses".

"Bien au contraire, ils poussent toujours plus loin la colonisation, les atteintes aux lieux saints, le nettoyage ethnique et les assassinats délibérés", a-t-il dit.

Les Palestiniens accusent Israël d’avoir pratiqué le "nettoyage ethnique" lors de la guerre de 1948 qui a accompagné la création d’Israël, ce que dément Israël.

M. Abbas a de nouveau déclaré dans son discours qu’il était favorable à une rencontre avec M. Netanyahu en Russie, "suite à l’aimable invitation du président russe" Vladimir Poutine.

Benjamin Netanyahu a dit être prêt à rencontrer M. Abbas n’importe quand mais sans conditions préalables. Les deux hommes n’ont plus eu de discussions substantielles depuis 2010 selon les médias et l’effort de paix est embourbé depuis deux ans.

M. Abbas n’a pas précisé s’il posait des conditions à cette éventuelle rencontre. Récemment encore, les Palestiniens fixaient comme préalables un gel par Israël de la colonisation, une date-butoir pour la fin de l’occupation et la libération de prisonniers.

M. Netanyahu a de nouveau évoqué la possibilité d’une rencontre lors de la visite du Premier ministre du Luxembourg Xavier Bettel à Jérusalem lundi.

"Le Premier ministre Bettel m’a invité au Luxembourg mais il a ajouté que, peut-être, les Palestiniens y viendraient aussi", a déclaré M. Netanyahu selon ses services.

"C’est soit Moscou, soit Luxembourg (…) ou n’importe où ailleurs. Nous sommes toujours prêts pour des négociations directes sans conditions préalables", a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite