A Marrakech, “Les amis de la Syrie” disposés à apporter le soutien nécessaire à l’opposition syrienne

A Marrakech,
Les participants à la 4ème conférence ministérielle du groupe des "amis du peuple syrien" ont exprimé, mercredi à Marrakech, leur disposition à apporter un soutien politique et financier à la Coalition nationale de l’opposition syrienne, reconnue en tant que représentant légitime du peuple syrien et l’organisation qui chapeaute les groupes d’opposition.

Les participants à cette réunion ont souligné que le devoir moral et humanitaire impose à la communauté internationale d’apporter le soutien nécessaire, par tous les moyens légitimes, à toute force d’opposition au régime syrien, ainsi qu’aux réfugiés.

Dans le même ordre d’idées, le Premier ministre et ministre qatari des Affaires étrangères, Cheikh Hamad Ben Jassem Ben Jabr Al Thani a appelé le régime syrien à quitter le pouvoir pour permettre une transition politique dans le pays.

Selon le ministre qatari, dont le pays assure la présidence du comité en charge de la Syrie à la Ligue arabe, cette démarche permettra l’entame d’une période de reconstruction du pays, qui vit au rythme de violences quotidiennes depuis mars 2011.

Cheikh Hamad a souligné qu’il n’est plus question de dialoguer avec un "régime qui a perdu sa légitimité", appelant à la reconnaissance de la Coalition nationale de l’opposition syrienne, en tant que représentant légitime du peuple syrien, alternatif au régime de Bachar Al Assad et responsable de la gestion de la période de transition.

"J’espère que la direction syrienne prendra conscience de la vérité. La vérité est la vérité et le peuple vaincra", a dit encore le Premier ministre qatari.

De son cô té, Mme Souheir Attasi, vice-présidente de la Coalition a souligné que le peuple syrien a besoin plus que jamais du soutien de la communauté internationale, appelée à oeuvrer pour contribuer à alléger les souffrances des Syriens après les destructions massives ayant visé les infrastructures.

Elle a fait savoir que le Coalition oeuvre en coordination avec certains pays et organisations internationales, conformément aux principes du droit humanitaire international, pour déterminer les besoins réels des populations et des moyens d’acheminement des aides.

Dans ce sens, elle a appelé la communauté internationale à alléger les procédures et les modalités d’acheminement de ces aides aux réfugiés et déplacés syriens.

Pour sa part, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le Prince Saoud Al Faycal a relevé que la formation d’une coalition de l’opposition syrienne a donné une lueur d’espoir pour élaborer une approche globale et claire visant à réaliser les aspirations de toutes les composantes du peuple syrien et préserver l’unité, la souveraineté et l’intégrité territoriale de ce pays.

Tout en rappelant la reconnaissance par son pays de la Coalition en tant que représentant unique et légitime du peuple syrien, il a appelé l’opposition à s’unir pour répondre aux aspirations du peuple et réaliser une transition pacifique du pouvoir.

Le Chef de la diplomatie saoudienne a, à cette occasion, annoncé un don de 100 millions de dollars à la CNS.

Pour sa part, le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a souligné que l’unique solution à la crise syrienne consiste à renforcer la pression régionale et internationale sur le régime de Damas.

"Le pouvoir syrien s’est empêtré dans une crise dont il ne peut plus sortir, après avoir rejeté toutes les propositions de réforme et opté pour la solution sécuritaire", a-t-il indiqué.

Pour le ministre jordanien des Affaires étrangères, Nasser Joudah, il est impératif d’arrêter l’effusion de sang en Syrie et de trouver une solution politique permettant l’instauration de la paix et de la stabilité et la préservation de l’unité de ce pays et de sa souveraineté.

Il a également exprimé le soutien de son pays à toute solution arabe ou internationale contribuant à réaliser ces objectifs, ainsi qu’a la mission de l’envoyé spécial de la Ligue arabe et de l’Onu pour la Syrie Lakhdar Ibrahimi.

Le chef de la diplomatie jordanienne a appelé aussi la coalition nationale syrienne à s’ouvrir sur d’autres forces d’opposition et élargir sa représentativité.

Quant à lui, le ministre tunisien des Affaires étrangères, Rafiq Abdessalam a annoncé la reconnaissance par son pays de la Coalition en tant que représentant légitime du peuple syrien et interlocuteur essentiel pour la communauté internationale.

Il a ajouté que la formation de cette coalition est de nature à garantir la continuité des institutions de l’Etat syrien et éviter au pays le spectre d’un vide politique et sécuritaire, de l’anarchie et du chaos.

La séance d’ouverture de cette conférence a été marquée par la projection d’un film documentaire sur les souffrances des civils syriens face à la machine de guerre du régime de Damas.

Au terme de la réunion, les participants ont posé pour une photo souvenir pour immortaliser ce jour historique marquant l’inauguration d’une nouvelle page dans l’histoire de la Syrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite