Djamel Beghal sera assigné à résidence en France “si l’Algérie n’en veut pas” (ministre)

L’islamiste Djamel Beghal sera assigné à résidence en France si l’Algérie refuse de l’accueillir à sa sortie de prison prévue mi-juillet, a déclaré mercredi la ministre française de la Justice Nicole Belloubet.

A sa sortie, "nous souhaitons qu’il puisse retourner en Algérie", a dit la ministre sur la radio France Inter. Djamel Beghal, considéré comme le mentor de Chérif Kouachi et d’Amédy Coulibaly, deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris, "a une interdiction de territoire français, qui a été judiciairement prononcée, donc il doit repartir en Algérie", a-t-elle souligné.

"Nous travaillons avec les Algériens pour qu’ils accueillent Beghal qui n’a plus la nationalité française, puisqu’il y a eu une déchéance de nationalité à son encontre", mais "ce n’est pas acquis au moment où je vous parle", a précisé Mme Belloubet.

"Si l’Algérie n’en veut pas, il sera assigné à résidence", a dit la ministre. "Ce qui importe, c’est que ces personnes là soient sous surveillance constante".

Djamel Beghal a été condamné en décembre 2013 à 10 ans de prison pour avoir projeté l’évasion en 2010 de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien du Groupe islamique armé algérien (GIA) condamné à perpétuité pour l’attentat à la station RER Musée d’Orsay en 1995 à Paris (30 blessés).

Franco-algérien déchu de sa nationalité française, Djamel Beghal, a été déclaré expulsable en 2007, deux ans après avoir été condamné à 10 ans de prison pour avoir préparé des attentats en France, notamment contre l’ambassade des États-Unis à Paris.

Au total, près de 450 détenus radicalisés doivent sortir des prisons françaises d’ici fin 2019, parmi lesquels une cinquantaine de "terroristes islamistes".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite