Virus: record de décès en Allemagne, encore “très loin” du retour à la normale

L’Allemagne, qui a enregistré mercredi un nombre record de décès liés au Covid-19, est “encore très loin” d’un retour à la normale, a prévenu le gouvernement avant de nouvelles restrictions.

Longtemps considérée comme une “bonne élève” européenne de la gestion de l’épidémie, l’Allemagne affiche des “taux d’infection et de mortalité (qui) montrent que nous sommes encore loin de la normalité”, a déploré le ministre de la Santé, Jens Spahn.

Quelque 22.459 nouvelles infections ont ainsi été détectées ces dernières 24 heures. Les contaminations n’ont ainsi quasiment pas diminué en une semaine (24.740 infections le 23 décembre).

Avec 1.129 morts recensés mercredi, la barre des 1.000 décès a été franchie pour la première fois, selon l’institut Robert Koch.

 

 Le réveillon “le plus calme”

Le niveau le plus élevé de décès remontait à mercredi dernier, avec 962 cas. Au total, 32.107 personnes ont succombé au virus en Allemagne depuis le début de la pandémie.

La situation reste particulièrement critique en Saxe, Etat-région d’ex-RDA longtemps rétif aux restrictions dont le taux d’incidence atteignait mercredi 330. La Bavière, Berlin, ou encore le Brandebourg, la région qui entoure la capitale, peinent elles aussi à contenir la pandémie.

“Ces chiffres prouvent à quel point ce virus frappe encore de façon brutale”, a relevé M. Spahn.

“Je ne vois pas comment dans cette situation on peut revenir” à la période précédant les restrictions, a-t-il mis en garde.

Le confinement partiel actuellement en vigueur devrait ainsi être prolongé au-delà du 10 janvier: fermeture de tous les commerces à l’exception des magasins d’alimentation, des pharmacies, des drogueries etc., fermeture des écoles, appel aux employeurs à privilégier coûte que coûte le télétravail.

La chancelière Angela Merkel, qui présentera jeudi ses derniers voeux en tant que chancelière, et les dirigeants des 16 Länder doivent discuter le 5 janvier en visio-conférence d’une éventuelle prolongation des mesures.

Les festivités de la Saint-Sylvestre seront aussi réduites à leur plus simple expression: la vente de feux d’artifices, dont sont amateurs nombre d’Allemands, et les rassemblements seront interdits.

“Ce sera probablement le réveillon le plus calme dont l’Allemagne puisse se souvenir”, admet M. Spahn, décrivant une “époque de contrastes, entre espoir et grande souffrance”.

L’Allemagne mise en effet sur une campagne dynamique de vaccinations, visant dans un premier temps les établissements pour personnes âgées, avant qu’entrent en action de grands centres capables de gérer quotidiennement des flux de plusieurs milliers de personnes à vacciner.

 

 Près de 80.000 vaccinations

Le gouvernement doit cependant faire face à des critiques, malgré le top-départ des vaccinations donné samedi qui a permis d’injecter le vaccin à 78.109 personnes, selon les données de l’institut Robert Koch mercredi.

Bild, le quotidien le plus lu d’Allemagne, a notamment attaqué l’équipe de la chancelière pour avoir “trop compté sur l’Union européenne” pour la commande de doses et d’avoir privilégié le seul vaccin BioNTech-Pfizer, au détriment du produit Moderna.

Faute d’un stock suffisant de doses, le plus grand centre de vaccination berlinois a ainsi été fermé mardi deux jours seulement après son ouverture.

“Le début de la vaccination a été un succès”, rétorque le ministre de la Santé. “Oui, il y a des cahots mais la plus grande campagne de vaccination de l’histoire a commencé avec succès”, a-t-il fait valoir.

“Nous ne pouvons pas faire de notre impatience la mesure de toutes choses et arracher le vaccin aux habitants des régions les plus pauvres du monde”, renchérit le président du Bundestag, Wolfgang Schaüble, à l’adresse de ceux qui demandent que l’Allemagne soit prioritaire pour recevoir le vaccin développé par l’Allemand BioNTech.

L’Allemagne mise ainsi, selon M. Spahn, sur un total combiné de plus de 130 millions de doses de vaccins BioNTech et Moderna. Quelque 670.000 doses devraient être livrées le 8 janvier par BioNTech, a confirmé le ministère de la Santé mercredi après-midi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite