Rodolfo Cazares “le huitième otage français”

Après quinze mois de silence, elle parle enfin. Une jeune française Ludivine Barbier, 32 ans, lance un appel à l’aide pour obtenir la libération de son mari Rodolfo Cazares, enlevé il y a quinze mois au Mexique par un cartel de la drogue, dans le journal Le Parisien/Aujourd’hui en France. "Il est le huitième otage français détenu dans le monde, même si officiellement ils ne sont que sept. C’est l’otage oublié. Je veux que la France entière le sache", explique-t-elle au quotidien. Elle a décidé de rompre le silence afin que "tout soit fait" pour obtenir la libération de son époux.

Traductrice, installée en Isère, elle s’est mariée en 2006 avec Rodolfo, un chef d’orchestre originaire du Mexique âgé de 36 ans qui a obtenu la nationalité française en juin 2011. Le 9 juillet 2011 le couple est en vacances à Matamoros chez les parents de Rodolfo. "C’était la nuit. Six à huit hommes cagoulés et armés ont fait irruption dans la maison de mes beaux-parents où se trouvaient plusieurs familles. Ils nous ont enlevés. On était dix-huit" raconte-t-elle. Ce rapt pourrait être lié à la personnalité du grand-père de Rodolfo, qui a une maîtresse dont les fils ont des liens avec un cartel rival, selon le journal.

Ludivine est libérée trois jours plus tard avec les autres femmes et enfants. Son mari reste détenu avec son père, un de ses beaux-frères et deux oncles. Une rançon de 100.000 dollars – environ 77.500 euros – est versée. "Depuis c’est le silence total. Je n’ai plus aucune preuve de vie de mon mari", précise la jeune femme pour qui les autorités mexicaines "se désintéressent du dossier" . En France, "je n’ai pas le sentiment d’avoir été entendue par le Quai d’Orsay", dit-elle. Ludivine Barbier a saisi la justice française et espère que son appel sera entendu par le chef de l’Etat qui reçoit mercredi à l’Elysée, le nouveau président du Mexique Enrique Pena Nieto, conclut le quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite