Propos sur les Roms: Jean-Marie Le Pen condamné à 5 000 euros d’amende en appel

Le président d’honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, poursuivi pour avoir qualifié la présence de Roms d'”urticante” et d'”odorante” en 2013, a vu sa condamnation à 5000 euros d’amende confirmée lundi en appel. La cour d’appel d’Aix-en-Provence l’a de nouveau reconnu coupable de provocation à la haine et à la discrimination pour ces propos tenus à Nice lors d’une conférence de presse.

"Vous avez quelques soucis, paraît-il, avec quelques centaines de Roms qui ont dans la ville une présence urticante et disons odorante. Ceci n’est que le petit morceau de l’iceberg", avait notamment déclaré Jean-Marie Le Pen.

"Ce sont des termes que je maintiens parce que je les ai pensés", avait expliqué à la barre le père de Marine Le Pen, qui devra payer 2.000 euros de dommages et intérêts à SOS Racisme, partie civile. La Ligue des droits de l’Homme, partie civile en première instance, recevra 1.000 euros.

"Leur présence est urticante pour la population, oui, les gens se plaignent", avait-il déclaré. "Odorante, il suffit d’avoir visité un camp de Roms pour s’en rendre compte, olfactivement parlant", avait-il poursuivi, assurant être "payé pour dire ce que pensent les électeurs". "La haine est un sentiment qui m’est parfaitement étranger", avait assuré Jean-Marie Le Pen.

Avec Frannceinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite