Paris et Berlin poussent l’Europe à “plusieurs vitesses”

L’Allemagne et la France ont appelé vendredi les pays de l’UE à accepter le scénario d’une Europe à “plusieurs vitesses”, rejeté par les pays de l’Est, pour permettre à l’Europe de surmonter l’épreuve du Brexit.

Réunis à Bruxelles, les dirigeants nationaux ont débattu de leur avenir à 27, après une réunion de jeudi marquée par une confrontation avec la Pologne, qui a tenté en vain d’empêcher la reconduction du Polonais Donald Tusk à la tête du Conseil européen.

"La devise est que nous sommes unis, mais unis dans la diversité", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel, évoquant l’objectif d’un texte préparé par les 27 dans l’optique du sommet de Rome, prévu le 25 mars.

La délicate préparation de cette "Déclaration de Rome" a occupé pendant plusieurs heures les dirigeants, réunis sans la Première ministre britannique Theresa May, comme c’est devenu l’usage pour ces réunions sur l’avenir post-Brexit.

"Il faut que l’on soit capable d’avancer plus vite à quelques-uns", a appuyé le chef de l’Etat français François Hollande, car l’Europe a "montré qu’elle n’était pas capable de prendre des décisions au bon moment".

Il a cité la défense, la zone euro, l’harmonisation fiscale et sociale comme autant de domaines dans lesquels des groupes de pays doivent être "capable d’aller plus vite, plus loin, sans fermer la porte à qui que ce soit".

D’autres pays, comme la Belgique, le Luxembourg ou l’Espagne ont apporté leur soutien à ce concept.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite