Mondial-2018 – En marge d’Iran-Maroc, “aidez les Iraniennes à accéder aux stades”

"Aidez les Iraniennes à accéder aux stades": le mouvement "OpenStadiums", qui réclame le droit pour les femmes d’assister à des rencontres sportives dans les enceintes iraniennes, a profité de la rencontre du Mondial-2018 entre l’Iran et le Maroc pour faire entendre ses revendications, vendredi à Saint-Pétersbourg.

Une membre de ce mouvement a déployé une banderole avec ce slogan aux abords du stade qui accueillait le match finalement remporté par l’Iran (1-0), "pour représenter les Iraniennes qui ne peuvent accéder aux stades", a-t-elle expliqué à l’AFP, tandis qu’une autre banderole avec la même inscription a été déployée dans le stade au cours de la rencontre.

Les autorités religieuses de la République islamique interdisent en effet aux Iraniennes d’assister à des matches de football, estimant qu’elles doivent être protégées de l’atmosphère masculine qui y règne.

"Le 5 octobre 1981, des Iraniennes ont pu voir un derby pour la dernière fois", explique notamment le mouvement sur son compte Twitter, en référence au fameux derby Persepolis-Esteghlal, le match de l’année en Iran. "Après quoi elles ont été interdites d’entrer dans les stades, jusqu’à aujourd’hui."

Gianni Infantino, le président de la Fifa "a évoqué le sujet lorsqu’il s’est rendu en Iran, il en a parlé avec le président Hassan Rohani mais il y a aussi les autorités religieuses", avait exposé à l’AFP avant la Coupe du monde l’ancienne sportive allemande Sylvia Schenk, membre de Transparency International et par ailleurs membre du conseil consultatif de la Fifa sur les droits de l’homme.

Ce mouvement "OpenStadiums" est notamment soutenu par le réseau Fans Supporters Europe (FSE), qui rassemble des supporteurs de plus de 40 pays.

"Nous travaillons avec plusieurs autres organisations sur les questions de droits de l’homme, et le cas des femmes iraniennes qui ne peuvent soutenir leurs équipes en Iran est un exemple de grande injustice", a expliqué à l’AFP Martin Endemann, membre de FSE. "C’est un scandale que la Fifa n’ait pas encore forcé l’Iran à changer cela."

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite