La Monarchie est le symbole dans lequel se reconnaissent les Marocains dans toute leur diversité (Fassi-Fihri)

La Monarchie marocaine, l’une des plus vielles au monde, est “le symbole dans lequel se reconnaissent les Marocains dans toute leur diversité”, a affirmé, mercredi à Washington, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération Taieb Fassi Fihri.

Animant une conférence au siège de la Brookings Institute, un Think tank prestigieux de Washington, M. Fassi Fihri a souligné que "SM le Roi Mohammed VI incarne, en Sa qualité de Commandeur des Croyants et de garant de la pérennité de l’Etat, l’unité de l’ensemble des composantes du peuple et de la société marocaine".

Il a également relevé que les réformes constitutionnelles, annoncées dans le discours royal "audacieux" du 9 mars, s’inscrivent dans le cadre de la consolidation de la séparation des pouvoirs et des réalisations concrètes déjà mises en oeuvre, faisant remarquer à cet égard que le projet de régionalisation lancé par le Souverain vise à enraciner la démocratie au niveau local en permettant aux citoyens de gérer leurs affaires dans le respect des différences et des spécificités de chaque région du Royaume.

Evoquant la question du Sahara, M. Fassi-Fihri a noté que la proposition d’autonomie présentée par le Maroc, et qualifiée de "sérieuse, crédible et réaliste" par la communauté internationale, constitue une solution adéquate à ce conflit, notant que le projet de régionalisation lancé dans le Royaume garantira justement les bases de cette solution.

Le ministre a par ailleurs, souligné dans une interview à l’agence de presse américaine Associated Press, que les réformes constitutionnelles annoncées par SM le Roi visent le renforcement de la démocratie dans le Royaume, affirmant qu’un "Maroc nouveau" émergera à la suite des initiatives et des réformes lancées par le Souverain.

Il a rappelé, à ce propos, que la Commission chargée de la révision de la constitution soumettra les résultats de ses travaux à la Haute appréciation de Sa Majesté le Roi au courant du mois de juin prochain, suite à quoi le projet de la nouvelle Constitution sera soumis à un référendum populaire.

M. Fassi-Fihri, qui a entamé lundi une visite à Washington, a eu mercredi des entretiens avec la secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, ainsi qu’avec plusieurs hauts responsables américains, dont le sous-secrétaire d’Etat aux Affaires politiques, William Burns, le sous-secrétaire d’Etat en charge des affaires du Proche-Orient, Jeffrey D. Feltman, ainsi qu’avec la sous-secrétaire d’Etat au contrô le des armements et à la sécurité internationale.

Les entretiens ont porté notamment sur les relations bilatérales, la situation dans la région arabe et dans le Maghreb, la crise libyenne, ainsi que sur la question du Sahara.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite