Hervé Marseille “extrêmement choqué” par l’organisation d’une conférence pro-polisario au Sénat français

Hervé Marseille
Le Sénateur Hervé Marseille, Vice-président du groupe sénatorial Union des Démocrates et Indépendants (UDI-UC, centre-droit) s’est dit "extrêmement choqué" et "stupéfait" de voir que le Sénat français puisse servir de cadre pour une opération de propagande sur les thèses du polisario sur les droits de l’Homme au Sahara.

"Dans cette manifestation, il y a un seul point de vue qui se dégage. Ce n’est pas raisonnable", s’est étonné le Sénateur des Hauts-de-Seine (région parisienne) et Maire de Meudon, en commentant l’initiative de sa collègue d’origine algérienne Laila Aichi (groups des Verts) d’inviter à cette conférence uniquement des activistes connus par leur alignement inconditionnel sur les thèses du polisario.

"Je suis stupéfait par l’organisation de cette manifestation qui ne permet pas le débat contradictoire". "Chacun a le droit d’exprimer son point de vue, mais il y a des règles: tous les points de vue doivent s’exprimer", a-t-il ajouté dans une déclaration à l’agence MAP.

A l’instar de plusieurs de ses collègues, le Sénateur Marseille s’est dit "étonné de voir que ce type de manifestation puisse avoir lieu de cette façon-là au Sénat".

"Nous sommes sur la ligne qui était toujours défendue par (l’ancien président Nicolas) Sarkozy et qui est celle du (président François) Hollande et qui a été rappelée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault récemment à Rabat", a-t-il souligné, en rappelant la position française favorable au projet marocain d’autonomie au Sahara.

"Le peuple marocain est un peuple ami et très proche de la France et nous sommes extrêmement choqués par ce type de manifestation et de comportement qui ne correspond en rien à l’opinion qui prévaut en France", a encore ajouté ce Vice-président du groupe d’amitié France-Maroc au Sénat.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite