Enlèvement de sept Français Cameroun: lien “pas établi” avec le Mali

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a estimé sur France 2 que le lien n’"était pas établi" entre l’enlèvement de sept Français au Cameroun, emmenés depuis au Nigéria, et l’intervention française au Mali. Interrogé sur un tel lien, M. Le Drian a répondu : "On ne peut pas le dire. Nous estimons que c’est la secte Boko Haram qui a procédé à l’enlèvement, mais on n’a pas encore la signature, et là malheureusement la terreur succède à l’horreur. Cette secte, je pense que c’est Boko Haram qui est à l’origine, est en train d’enlever des enfants."

Le lien entre cet enlèvement d’une famille française et l’intervention au Mali n’est "pas établi" a répété M. Le Drian. "Mais la méthode, oui. Ce sont des groupes qui se réclament du même fondamentalisme, qui ont les mêmes méthodes que ce soit au Mali, en Somalie ou au Nigéria." "Ces groupes menacent notre sécurité. Ils veulent faire vivre une zone de non-droit entre le Golfe de Guinée et le Soudan… Un très grand Sahel qui est une zone où se passent tous les trafics", a analysé le ministre.
L’objectif: "agir ensuite en Europe".

Sept touristes français, dont quatre enfants, ont été enlevés mardi dans l’extrême-nord du Cameroun puis emmenés au Nigeria voisin, une prise d’otages dont le groupe islamiste nigerian Boko Haram pourrait être l’auteur, selon Paris menacé de représailles par les jihadistes depuis son intervention militaire au Mali.

Boko Haram affirme combattre pour la création d’un Etat islamique, mais comprendrait en réalité plusieurs factions avec différentes revendications. Les violences liées à Boko Haram et leur répression sanglante par les forces de l’ordre ont fait 3.000 morts depuis 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite