Pour l’Iran, c’est à Washington de montrer un comportement “normal”

Le président iranien Hassan Rohani a remis la balle dans le camp des Etats-Unis en estimant qu’il revenait à ce pays d’adopter un comportement "normal" avant tout dialogue.

"La partie qui a quitté la table des négociations, la partie qui a foulé aux pieds le pacte doit revenir à un (comportement) normal", a déclaré M. Rohani dans un discours retransmis lundi par la télévision d’Etat.

Il faisait référence à l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien que les Etats-Unis ont dénoncé unilatéralement en 2018, rétablissant du même coup une batterie de sanctions économiques contre l’Iran.

"Le jour où l’ennemi comprendra réellement qu’il a emprunté la mauvaise voie (vis-à-vis de l’Iran) sera le jour (à partir duquel on pourra) s’asseoir à la table des négociations et régler tous les problèmes", a ajouté M. Rohani.

Après plusieurs semaines d’une tension aiguë entre Washington et Téhéran, les deux capitales semblent avoir entamé une phase de désescalade.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a affirmé dimanche que son pays était prêt à engager un dialogue "sans conditions préalables" avec l’Iran.

Mais relativisant cette offre, il a ajouté que "l’effort américain visant à stopper radicalement les activités néfastes de la République islamique et de sa force révolutionnaire" se poursuivrait, et qu’il ne pourrait y bavoir de "discussion" avec les dirigeants iraniens sauf si ceux-ci décident de "se comporter comme une nation normale".

Samedi, M. Rohani avait déclaré que toute éventuelle discussion avec les Etats-Unis ne pourrait se tenir que dans le "respect" et "dans le cadre du droit international".

Mais le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a exclu pour sa part toute négociation "avec le gouvernement américain actuel".

Conclu après douze ans de tensions autour de la question nucléaire iranienne, l’accord de 2015 a permis à Téhéran d’obtenir un allègement des sanctions économiques internationales. En échange, l’Iran s’est engagé à ne jamais chercher à acquérir la bombe atomique et a accepté de réduire drastiquement son programme nucléaire.

Un an après la décision américaine de sortir de ce pacte, Téhéran a menacé en mai de se désengager progressivement de l’accord si les autres Etats parties au texte (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie), ne lui permettent pas de contourner les sanctions américaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite