Pays-Bas : des logements “adaptés aux Musulmans” créent la polémique !

A Amsterdam, une ville cosmopolite reflétant la diversité culturelle et religieuse des Pays-Bas, les musulmans ont aujourd’hui accès à un logement conçu spécialement pour eux!. Et du coup, la polémique est vive.

Un "logement halal" comme la presse néerlandaise se plait à le nommer, est aujourd’hui à la portée des familles musulmanes aux Pays-Bas. Une initiative, développée par une entreprise locale, qui dérange dans un pays dont modèle multiculturel ne semble pas, de nos jours, avoir le vent en poupe comme l’avaient espéré, au début, ses promoteurs.

L’entreprise à l’origine de l’idée, qui a suscité une grande polémique parmi les Néerlandais, a décidé d’apporter des modifications, aussi simples soient-elles, au niveau de quelque 188 appartements destinés au logement social dans un quartier d’Amsterdam-ouest pour répondre aux besoins de la communauté musulmane, majoritaire dans cette zone.

Il ne s’agit pas de la première fois qu’une entreprise demande l’avis des clients avant la réalisation ou la rénovation de leurs logements. Aux Pays-Bas, il est de coutume que les sociétés adaptent leurs projets aux envies des habitants futurs.

Le ministre néerlandais de l’intérieur, Ronald Plasterk dit ne voir aucune gêne si des entreprises de logement décident de rénover des habitats en prenant en compte les attentes de la communauté musulmane, ajoutant que "les promoteurs répondent aux souhaits des résidents et il n’y a rien d’anormal en cela".

Réagissant à une question si les nouveaux logements peuvent contribuent à l’enracinement du principe de la séparation hommes/femmes, le ministre de l’intérieur a répondu : "vivez votre vie et laissez les autres vivre la leur".

Une armoire pour chaussures, une porte coulissante séparant le salon des invités du reste des dépendances familiales, un coin pour ablutions et un autre destiné à l’installation d’une parabole. De légères adaptations à l’origine d’un tollé de critiques et d’un débat intense au sein du parlement où les députés d’extrême-droite, notamment, ont saisi une occasion en or pour remettre d’actualité leur discours hostile à " une islamisation de la société".

Fidèle à lui-même, le chef de file de l’extrême-droite, le populiste Geert Wilders a réagi à l’idée par un message posté sur son compte Twitter en tenant à rappeler aux Musulmans qu’ils ne sont pas chez eux: "Quiconque voudra un logement Halal n’a qu’aller en Arabie-Saoudite".

Une polémique ubuesque à l’image d’une idée absurde, de l’avis de nombre de musulmans, approchés par MAP-Amsterdam, en ce sens que le principe d’intégration âprement défendu par les Pays-Bas semble être remis en cause. Ils estiment que les Musulmans vivent depuis longtemps dans des logements comme tous les autres et s’y plaisent.

Si d’autres reconnaissent que le concept, en lui-même, ne présente aucun inconvénient puisqu’il entend répondre aux goûts d’une clientèle, ils n’apprécient pas toutefois l’appellation "logement Halal" créée et véhiculée par la presse. L’usage du mot Halal est "exagéré" et "hors contexte", soulignent-ils.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite