Maroc: enquête ouverte après les fatwas takfiristes d’un cheikh salafiste

Le parquet de Casablanca a annoncé dimanche l’ouverture d’une enquête contre un cheikh salafiste qui a accusé le chef d’un parti politique “d’apostasie” pour avoir appelé à interdire la polygamie au Maroc et à revoir le réglementation religieuse en matière d’héritage.

"Après les déclarations d’Abdelhamid Abounaïm qui portent atteinte à des formations organisées, une enquête sera ouverte", a annoncé le parquet dans un communiqué.

Il y a quelques jours, Driss Lachgar, le chef du parti de l’Union socialiste des forces populaires (USFP, opposition) a appelé à interdire la polygamie et à ouvrir un débat sur la part d’héritage des femmes, bien inférieure à celle des hommes.

Abdelhamid Abounaïm,,un ancien imam révoqué par le ministère des Habous et des affaires islamiques, a diffusé dans la foulée une vidéo fustigeant les propos de M. Lachgar et l’accusant "d’apostasie".

La réforme du code de la famille, initiée par le Roi Mohammed VI en 2004, a rendu la polygamie plus difficile. Elle requiert désormais l’accord de la première épouse et une autorisation du tribunal.

Cette affaire a été largement commentée dans la presse marocaine ces derniers jours, et évoquée lors du point de presse hebdomadaire tenu jeudi à l’issue du conseil de gouvernement, emmené depuis deux ans par les islamistes du Parti justice et développement (PJD).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite