Mali : le terrorisme a été “repoussé” mais “pas encore vaincu” (Hollande)

Mali : le terrorisme a été
Le terrorisme a été "repoussé" et "chassé", mais "pas encore vaincu" au Mali , après l’intervention des troupes françaises et maliennes, a affirmé samedi à Bamako le président français, François Hollande.

"Le terrorisme a été repoussé , il a été chassé mais il n’a pas encore été vaincu", a déclaré le président français, soulignant que "les groupes terroristes sont affaiblis mais ils n’ont pas disparu" et que la France resterait au Mali "le temps qu’il faudra".

Le président Hollande a appelé, par ailleurs, l’ensemble des forces militaires engagées au Mali à "être exemplaires" et à respecter "les droits de l’Homme". "On ne répare pas une injustice par une autre injustice", a-t-il lancé. "Vous devez être exemplaires, vous êtes regardés par toute la communauté internationale", a déclaré le président français.

"Oui, nous devons châtier les criminels, les terroristes mais nous devons le faire, vous devez le faire, avec le respect des droits de l’Homme, ceux-là même qui ont été bafoués, floués par les terroristes", a-t-il fait observer.

Au cours de cette visite de quelques heures au Mali, qui intervient trois semaines après le début de l’intervention françaises, M. Hollande s’est rendu à Sévaré et à Tombouctou avant de rejoindre la capitale Bamako.

Hollande était accompagné des ministres des Affaires étrangères, Laurent Fabius, de la Défense Jean-Yves Le Drian et du développement Pascal Canfin, ainsi que la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova.

L’intervention française au Mali avait été lancée le 11 janvier au lendemain d’une offensive en direction du sud du Mali menée par les groupes terroristes qui occupaient le Nord depuis fin mars 2012. Cette opération s’est soldée par la reprise de Gao et Tombouctou et l’arrivée mardi soir de soldats français à l’aéroport de Kidal (Nord).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite