Le Maroc sous le choc après le décès du petit Rayan, émotion mondiale

Rayan, 5 ans, est mort au fond du puits dans lequel il est tombé il y a cinq jours. Les sauveteurs marocains ont déplacé une montage pour l’en sortir, mais le petit garçon n’a pas survécu au fond de ce puits étroit, humide et obscur. L’annonce de son décès a plongé le Maroc dans une immense tristesse et le monde avec.

Jusqu’au bout, le monde espérait un miracle de voir sortir le petit Rayan vivant de ce puis asséché de 32 mètres de profondeur, très étroit et difficile d’accès, creusé près de la maison familiale dans le village d’Ighrane, dans la province de Chefchaouen, dans le nord du Royaume.

Samedi soir, les secouristes ont réalisé l’impossible en parvenant à l’extraire de ce puis dans lequel il est tombé accidentellement mardi. Les milliers de personnes présents sur place ont laissé éclaté leur joie. Mais ce bonheur fut de courte durée. C’est par un communiqué du cabinet royal le décès de Rayan a été annoncée. C’est dire la forte émotion de tout un pays et de tout un peuple.

Le roi Mohammed VI lui-même a appelé les parents de Rayan pour présenter ses condoléances aux parents, les assurant de sa haute sollicitude.

“À la suite du tragique accident qui a coûté la vie à l’enfant Rayan Oram, Sa Majesté le roi Mohammed VI a appelé les parents du défunt, décédé après être tombé dans un puits”, indiquait le communiqué du cabinet royal.

Le souverain “a suivi de près les développements de ce douloureux incident” et “avait donné ses hautes Instructions aux autorités concernées pour prendre les mesures nécessaires et de déployer tous les efforts possibles afin de sauver le défunt, mais la volonté de Dieu étant imparable, l’enfant a répondu à l’appel du Très-Haut”, soulignait le communiqué royal, assurant la famille de “sa haute sollicitude”.

“Nous remercions Sa Majesté le roi, les autorités et tous ceux qui nous ont aidé. Que Dieu soit loué, qu’Il ait pitié des morts”, a déclaré samedi soir le père, Khaled Aourram, à la télévision.

Sous l’oeil des caméras et de médias nationaux et internationaux,  les équipes de la protection civile, de la Gendarmerie royale, des forces auxiliaires et les secouristes du Croissant Rouge, ainsi que des topographes, des ingénieurs, des techniciens et un staff complet de médecins et d’infirmiers, ont travaillé nuit et jour pour sauver l’enfant de 5 ans.

Des bulldozers et des pelleteuses ont été déployés pour les forages. les secouristes ont aussi creusé sans relâche à mains nues pour éviter tout glissement du terrain. A chaque fois qu’une équipe émergeait du tunnel pour respirer, les secouristes étaient applaudis et acclamés par la foule, dont le bénévole Ali Sahraoui, venu spécialement du sud du Maroc, qui a creusé avec ses mains dans les derniers mètres. “Ba Ali” est devenu un “héros” sur les réseaux sociaux. Sa solidarité, son dévouement et son courage ont été unanimes salués.

Il a fallu cinq jours aux secouristes pour parvenir jusqu’à l’enfant car ils ont dû d’abord forer une énorme crevasse en profondeur puis un tunnel en horizontal. Leur progression a été fortement ralentie par la nature du sol, certaines couches étant rocheuses et d’autres très sableuses

Entrés dans une brèche horizontale samedi après-midi, les sauveteurs avaient continué leur travail centimètre par centimètre, creusant à la main pour éviter tout éboulement.

Emotion mondiale

Alors qu’ils étaient déjà en ébullition depuis trois jours, l’annonce de son décès a enflammé les réseaux sociaux. Les hommages et les messages de compassion pleuvaient du monde entier.

Les hommages ont afflué sur les réseaux sociaux en provenance du monde entier, du Maghreb jusqu’en Irak, au Yémen, en France ou aux Etats-Unis, dans toutes les langues.

Le Président Emmanuel Macron a dit “partager la peine de la famille et du peuple marocain”. “Je veux dire à la famille du petit Rayan et au peuple marocain que nous partageons leur peine”, a écrit le chef de l’État français sur Facebook.

Dessin posté par des internautes.

“On ne peut pas oublier ces moments forts que nous a procuré cet élan de solidarité mondiale, les efforts consentis par les autorités et par de gens simples nous devons être fiers de ces hommes qui ont pu déplacer une montagne pour sauver notre enfant #Rayan #Rest_in_peace”, écrit un internaute.

“Tout le peuple marocain était là pour sauver un seul enfant” #Ryan #PrayforRayan “Le pape François salue et remercie les Marocains « pour ce témoignage”, twitte la chaîne KTO.

Dans un tweet, le  Premier ministre israélien “présente ses condoléances au Maroc, au roi et à la famille de l’enfant”, en hébreu et en arabe. 

“Nous sommes toutes et tous bouleversés par ce drame. J’adresse mes profondes et sincères condoléances aux proches du petit #Rayan et à l’ensemble du peuple marocain uni dans la douleur. Nous partageons votre peine. Paix à son âme et souvenons nous toujours de son sourire”, écrit la ministre française Brigitte Klinkert.

“Des repas préparés par les femmes du village pour les forces de l’ordre, les journalistes et les personnes présentes sur place L’hospitalité des marocains n’a pas de limite”, relève un internaute.

“Faut saluer le courage et la dignité des parents toutes nos condoléances à sa famille ses proches et au peuple marocain frère Rayan sera éternel dans nos cœurs”, souligne un internaute algérien.

“Belle victoire ce soir, bravo a l’équipe.. Malgré ça, la nouvelle à propos de Ryan est difficile à apprendre… Allah y rahmo elle est pour toi celle-ci”, twitte le capitaine de l’AS Monaco Wissam Ben Yedder.

“Au nom du Groupe Interparlementaire d’Amitié du @Senat, solidarité avec le peuple Marocain après le décès tragique du petit #Rayan. Pensées à la famille”, écrit le sénateur Christian Cambon.

“Paix à l’âme de Rayan, petit garçon si courageux. Quelle tristesse ! Pensées tendres et prières pour ses parents. Immense respect et admiration aux secouristes marocains. De tout cœur avec le Maroc et les Marocains”, écrit sur Twitter l’ancienne ministre de la Justice Rachida Dati.

“On a Estimé à 7000 tonne de terre extraite pour le libérer, donc oui ils ont bougé une montagne pour libérer le petit frère”, écrit une internaute.

Les écrivains Ian Redpath et Jeremy Chopra habitués aux messages inspirants sur les panneaux du métro londonien, ont dédié un texte dimanche à Rayan dans lequel ils saluent le courage du petit garçon “dont le nom ne sera jamais oublié”.

“Il est difficile de trouver les mots justes pour cette tragédie qui brise le cœur. Si l’amour et l’espoir suffisaient à te sauver en ce moment, tu serais chez toi”, ont-ils écrit, émettant le vœu de voir le petit “en sécurité et à jamais protégé par la lumière du paradis”.

“Nous envoyons notre amour et nos prières à Rayan, à sa famille et à ses amis, aux équipes de sauvetage et au peuple marocain”, peut-on lire sur un panneau de la station North Greenwich, à l’est de Londres.

En Italie, l’agence de presse “Nova” rapporte que le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di Maio, a présenté ses sincères condoléances à son homologue marocain Nasser Bourita et à la famille de Rayan, affirmant que l’Italie a été touchée par l’histoire tragique de ce petit enfant.

La date des funérailles du petit Rayan est prévue lundi. la dépouille du petit Rayan a été transportée à l’hôpital militaire de Rabat.

Mais quel exemple. Merci à ce peuple pour ce témoignage”, a dit François.

“Nos coeurs se sont brisés la nuit dernière”, a également réagi dimanche le président israélien Isaac Herzog, dont le pays a scellé une alliance militaire avec le Maroc.

Signe de l’intense émotion provoquée par le drame, c’est le cabinet royal qui avait annoncé samedi soir le décès de l’enfant.

Le roi Mohammed VI lui-même a appelé les parents de Rayan pour présenter ses condoléances aux parents, dont les visages étaient défaits.

“Nous remercions Sa Majesté le roi, les autorités et tous ceux qui nous ont aidé. Que Dieu soit loué, qu’Il ait pitié des morts”, a déclaré samedi soir le père, Khaled Aourram, à la télévision.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite