Attaques à Nice: Mgr Éric De Moulins-Beaufort adresse un “message de paix et de fraternité” au président du CFCM

Le Conseil Français du Culte Musulman Le CFCM a été “profondément touché par le message de paix et de fraternité que Mgr. Éric De Moulins-Beaufort a transmis au président du CFCM”, après l’attaque terroriste de la basilique à Nice qui a fait 3 morts et des blessés.

“Très affecté par cet acte terroriste, le président de la Conférence des Evêques de France (CEF) a formé le vœu pour que « la peur ne l’emporte pas, ni la haine » et que « la colère doit se transformer toujours en énergie pour le plus grand bien »”, indique un communiqué du président du CFCM, Mohammed Moussaoui.

“En signe de deuil et de solidarité avec les familles des victimes et les catholiques de France”, le CFCM appelle les “musulmans de France à annuler toutes les festivités du Mawlid, commémorant la naissance du Prophète Muhammad (PBSL)” et “condamne avec la plus grande vigueur l’attentat terroriste” à Nice.

Le CFCM présente également  “ses sincères condoléances aux familles des victimes et à leurs proches et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.”

Le CFCM appelle en outre “les responsables musulmans à fermer leurs mosquées jusqu’à nouvel ordre, dès ce soir après la prière de la nuit et de faire de ce dernier moment de prière l’occasion d’un hommage et d’un recueillement en la mémoire des victimes.”

Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête pour “assassinats et tentatives d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste” et “association de malfaiteurs terroriste criminelle”.

La sécurité des bâtiments, transports et lieux publics, protégés par le plan vigipirate en France, va être portée au niveau “urgence attentat” après l’attaque contre une église à Nice, dans le sud-est de la France, a annoncé jeudi le Premier ministre français Jean Castex.

Le niveau “urgence attentat” est le niveau le plus haut du plan vigipirate, le dispositif français de lutte contre le terrorisme.

L’agresseur, qui aurait une trentaine d’année, a été blessé lors de l’intervention de la police et transporté à l’hôpital. Selon le maire de Nice Christian Estrosi, il “n’a cessé de répéter en boucle devant nous +Allah Akbar+ alors qu’il était médicalisé sur place”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite