Les avocats de Strauss-Kahn récusent le “délit de luxure”

Désormais passible de 20 ans de réclusion criminelle après un éventuel procès en cour d’assises, Dominique Strauss-Kahn veut faire annuler sa mise en examen pour "proxénétisme", dont ses avocats contestent vivement la validité juridique.

L’ancien patron du Fonds monétaire international (FMI), placé lundi à Lille sous contrôle judiciaire par trois juges avec interdiction de parler à la presse et obligation de verser une caution de 100.000 euros, a cependant techniquement peu de chances d’obtenir dans l’immédiat l’abandon de ces poursuites.

Les trois juges d’instruction de Lille ont utilisé la définition la plus large du proxénétisme proposée par le code pénal, "le fait, de quelque manière que ce soit, d’aider, d’assister ou de protéger la prostitution d’autrui".

Ses avocats jugent cette accusation "outrageante" et vont donc demander son annulation à la chambre de l’instruction.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite