Aïcha Benamour-Benis lauréate du premier Prix Gutenberg du livre en langue française

L’écrivain, universitaire et chercheuse Aïcha Benamour-Bennis a remporté, mercredi, le premier Grand Prix Gutenberg dans la catégorie francophone de la création littéraire pour son ouvrage ‘Lettres de Fès. Son monde à elle”.

Dans cet ouvrage, coédité chez le français ‘Séguier” avec la collaboration des éditions marocaines ‘La croisée des chemins”, l’auteure se livre à travers de longues lettres adressées à une amie d’enfance à un exercice de mémoire en égrenant ses souvenirs épars, à la recherche des moments de joie et de peine et en témoignant des mutations qu’a connues la société marocaine en l’espace de deux générations.

Ce roman, le premier de Benamour-Benis, est une sorte de récit introspectif où la mémoire est constamment sollicitée sous la forme épistolaire pour faire le portrait d’une jeune femme marocaine entre deux, trois périodes qui sont autant d’entre-deux hésitants parce que lourds de conjectures hasardeuses, a indiqué en substance M. Mohamed Berrada, président de la section marocaine des compagnons de Gutenberg, lors de la cérémonie d’annonce du vainqueur de ce prix.

‘Ce n’est pas une uvre féministe, ni même d’inspiration exclusivement féminine. Elle est une remontée profondément sincère et sans autocensure quelconque- pour décrire dans le menu une éducation culturelle et affective, qui est loin de se vouloir exemplaire mais qui n’en reste pas moins ambitieuse par sa propension à se vouloir modèle criant de vérité vraie”, a-t-il relevé.

Intervenant également lors de la cérémonie de remise de ce prix, M. Abdelkader Retnani, membre de l’association des compagnons de Gutenberg qui s’assigne pour objectif la défense et la promotion de l’écrit et de la culture, a souligné que ce prix constitue un édifice supplémentaire dans l’organisation des prix littéraire au Maroc où il n’y a pas suffisamment de récompenses et distinctions pour les écrivains.

Les compagnons de Gutenberg Maroc entendent, à travers l’institution de ce prix annuel après trois ans d’existence, contribuer à la promotion du livre et de la lecture et construire par ses nombreuses actions dont les distributions de livres, d’ordinateurs et d’équipements de bibliothèque une ‘chaîne de livres” pour qu’ils soient à la portée de tous les citoyens.

A cet effet, une bibliothèque mobile sera aménagée dans un bus, baptisé ‘bibliobus”, une action menée avec la Fondation MJID, va sillonner des parties du pays essentiellement les régions rurales pour distribuer des livres aux lecteurs de différents âges, a-t-il fait savoir. Il a en outre annoncé que la lauréate a décidé de partager équitablement la valeur de ce prix (10 000 dhs) entre l’Association Al Ihsane des enfants abandonnés et la Fondation HEM pour les étudiants méritants sans moyens.

Pour sa part, M. Khalil Idrissi Hachimi, membre de l’Association des compagnons de Gutenberg, a remis à une proche de la récipiendaire, hospitalisée en France, cette distinction qui rend hommage aux écrivains marocains, contribue à la promotion du livre et de la lecture et encourage la créativité et l’écriture.

Ce prix honorant la créativité marocaine vient s’ajouter aux prix peu nombreux décernés dans le pays pour encourager les jeunes écrivains, a souligné, à la même occasion, le président de l’Union des écrivains du Maroc (UEM), Abderrahim El Allam, rappelant que l’Union avait créé depuis 22 ans les prix pour les jeunes auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite