Rassemblements en France en hommage à l’enseignant décapité, Samuel Paty

Des milliers de personnes étaient rassemblées dimanche sur la place de la République à Paris pour rendre hommage à Samuel Paty, le professeur d’histoire décapité vendredi en région parisienne.

Brandissant des pancartes “non au totalitarisme de la pensée” ou “je suis prof”, ils saluaient dans le calme la mémoire de cet enseignant assassiné et décapité après avoir montré des caricatures du prophète de l’islam à ses élèves, dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression.

“Je suis Samuel”, “Liberté d’expression, liberté d’enseigner” scandaient des personnes sur place. De longs applaudissements étaient régulièrement entendus.

D’autres rassemblements se tenaient dans les grandes villes françaises, à Lyon (est) ou Lille (nord) notamment.

Un hommage national sera organisé mercredi 14 octobre en mémoire de Samuel Paty. Cette cérémonie, dont le lieu n’a pas encore été annoncé, est organisée en coordination avec la famille, a précisé la présidence de la République.

Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie quadragénaire et père de famille, a été tué et décapité sur la voie publique vendredi, non loin du collège où il enseignait. Son corps a été découvert à 17h11 par des policiers municipaux d’Eragny-sur-Oise.

L’assaillant, un tchétchène de 18 ans, a été intercepté par la police nationale quelques centaines de mètres plus loin. “A leur vue, l’individu courrait en leur direction en tirant à cinq reprises avec son arme de poing. Trois des policiers ripostent, provoquant la chute de l’assaillant. Quand il tente de se relever et de donner des coups de couteaux, il était neutralisé par les forces de l’ordre“, a relaté le procureur antiterroriste Jean-François Ricard ce samedi lors d’une conférence de presse.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite