La polémique sur le tweet de l’ambassadrice de France au Maroc : une “tempête dans un verre d’eau” ?

Après la vive polémique déclenchée par le tweet de l’ambassadrice de France au Maroc, Hélène Le Gal, Atlasinfo a demandé sa réaction à un fin connaisseur de la relation France-Maroc

“Que le président de la Commission Spéciale pour un nouveau modèle de développement et ambassadeur du Maroc en France échange avec l’ambassadrice de France dans le Royaume sur les perspectives de coopération entre les deux pays et sur les implications de la pandémie du coronavirus sur cette coopération, cela me semble normal et relève des prérogatives de Chakib Benmoussa. La France étant un partenaire majeur du Maroc”, souligne ce connaisseur averti, sous couvert d’anonymat.

Vendredi dernier, l’ambassadrice de France au Maroc a tweeté sur un  échange avec l’ambassadeur du Maroc en France et président de la CSMD. “Je remercie Chakib Benmoussa, président de la CSMD et ambassadeur du Maroc en France  pour m’avoir présenté ce matin un point d’étape de la CSMD : de très belles perspectives pour le nouveau pacte économique”, a-t-elle écrit.

“Ce n’est pas l’échange qui a choqué mais la phrase dans laquelle elle remercie Benmoussa de lui avoir présenté un “point d’étape” des travaux de la CSMD qui a fait polémique et enflammé les réseaux sociaux”, poursuit notre interlocuteur. 

“Les Marocains ont vu dans cette phrase une offense et une atteinte à leur souveraineté nationale”, relève-t-il, avant de souligner que “cette réaction est tout à fait compréhensible.”

Cette polémique est-elle une tempête dans un verre d’eau ?, “Elle servira à mieux recadrer les choses et à anticiper une meilleure communication de crise”, tranche notre interlocuteur.

Et d’ajouter, “il y a quelques tensions dans l’axe Paris-Rabat. Il serait souhaitable de ne pas les exacerber avec des maladresses”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite