DSK “pas un proxénète” pour le parquet de Lille

DSK
Le parquet de Lille, qui a requis un non-lieu en faveur de Dominique Strauss-Kahn dans l’affaire du Carlton, estime que si DSK était le "principal bénéficiaire" des soirées avec des prostituées, "cela n’en fait pas pour autant un proxénète", dans son réquisitoire cité samedi par Le Figaro.

La défense de l’ancien directeur général du FMI a toujours affirmé qu’il ignorait que les femmes participant à ces soirées étaient des prostituées, au contraire de ce qu’affirmaient certaines d’entre elles. Le parquet ne tranche pas, estimant que "faire la différence entre une libertine et une prostituée" n’est guère évident "quand la finalité des ces échanges (est) non de satisfaire une relation intellectuelle mais une relation sexuelle".

De même, le réquisitoire cité par Le Figaro ne fait pas de DSK l’instigateur d’un réseau de prostitution : "s’il était le principal bénéficiaire, et parfois exclusif, des soirées, si elles étaient organisées en fonction de sa personne, s’il profitait vraisemblablement de sa position, de sa notoriété, si les hommes autour de lui cherchaient en retour un avantage personnel de son accession attendue à la présidence de la République, cela n’en fait pas pour autant un proxénète", pour le parquet de Lille, "quel que soit le jugement que l’on peut porter sur son comportement sexuel, qui ne relève pas du droit mais de la morale".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite