Au moins 24 réfugiés rohingyas pourraient s’être noyés au large de la Malaisie

Un réfugié rohingya pourrait être le seul survivant d’une embarcation qui transportait au moins 24 autres personnes et qui a vraisemblablement sombré dans le nord de la Malaisie, ont annoncé dimanche les gardes-côtes malaisiens.

Mohamad Zawawi Abdullah, responsable des gardes-côtes dans les Etats de Kedah et Perlis, dans le nord, a annoncé qu’un homme de 27 ans s’appelant Nor Hossain avait été arrêté samedi après être arrivé à la nage sur l’île de Langkawi, tout près de la frontière thaïlandaise.

“A en croire les informations de la police, ce migrant clandestin rohingya a plongé du bateau qui transportait 24 autres personnes et serait le seul qui soit parvenu à atteindre la côte”, a déclaré M. Zawawi.

Des recherches ont été lancées mais les autorités ont indiqué à l’AFP qu’aucun survivant ni aucun corps n’ont été retrouvés.

On ignore ce qui est arrivé au bateau.

Pays à majorité musulmane, la Malaisie est une destination privilégiée des Rohingyas fuyant les persécutions en Birmanie. Mais les autorités malaisiennes ont ces derniers mois cherché à empêcher les migrants d’arriver, de crainte d’une propagation du coronavirus.

Meurtres, viols, maisons incendiées: des ONG ont rapporté la violence des opérations de “nettoyage” lancées en 2017 par l’armée birmane dans des centaines de villages rohingyas de l’Etat de Rakhine (nord-ouest).

Le nombre exact de musulmans tués au cours de cette période n’est pas connu, mais des groupes de défense des droits humains estiment qu’il s’élève à plusieurs milliers.

Et quelque 750.000 d’entre eux ont fui le pays depuis août 2017, s’entassant dans d’immenses camps de fortune au Bangladesh voisin. Beaucoup ont depuis cherché à gagner la Malaisie ou l’Indonésie, au moyen de passeurs qui leur demandent parfois plus de 2.000 dollars par personne pour un voyage des plus périlleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite