Alain Juppé: “le régime algérien est sur un volcan”

Pour l’ancien Premier ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, l’Algérie est “bloquée” et le régime algérien est “sur un volcan”.

“Les perspectives ne sont guère encourageantes: on voit l’Algérie bloquée (…) Le régime est imperméable aux mouvements populaires, il est sur un volcan”, souligne Alain Juppé, en faisant allusion au Hirak, ce mouvement de protestation inédit qui dure depuis plus d’un an en Algérie.

L’ancien ministre des Affaires étrangères, qui dresse un bilan des printemps arabes dans une interview au Parisien, déclare: “à posteriori, quand je relis mon discours de 2011* et que je regarde la situation aujourd’hui, je constate que le fiasco est total : aucun des objectifs que nous avions fixés, favoriser les libertés, créer un partenariat économique et social plus efficace, n’a été atteint. Qu’en reste-t-il aujourd’hui?”

“La Tunisie est fragile mais a quand même progressé vers la démocratie (…) Cela dit les manifestations actuelles dans plusieurs villes tunisiennes montrent que les insatisfactions restent puissantes”, relève-t-il.

Et de poursuivre, “la Libye est dévastée, l’Egypte revenue à l’état antérieur, la Syrie détruite…”.

“En Libye, nous avons laissé le conseil national de transition se débrouiller, il aurait fallu accompagner ses responsables sur les chemins de la démocratie, qu’ils ignoraient totalement”, ajoute-t-il.

Sur les “printemps arabes”, l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy estime que “personne n’avait vu venir un mouvement d’une telle ampleur. On nous a d’ailleurs reproché d’avoir négligé l’évolution de ces sociétés, d’avoir soutenu des régimes autoritaires qui nous convenaient, comme des garanties contre les mouvances terroristes, fondamentalistes”.

*Discours en 2011 à un colloque à l’Institut du monde arabe sur « les printemps arabes, enjeux et espoirs d’un changement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite