Abdelhakim Sefrioui: quelles sont ses accointances avec le MUR, bras idéologique du PJD ?

Islamiste radical, Abdelhakim Sefrioui, né le 21 avril 1959 à Fès (Maroc), est au cœur de l’enquête sur le drame qui a frappé la France avec la décapitation d’un enseignant en histoire, Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine. Quelles sont ses accointances avec le MUR, bras idéologique du PJD (Parti Justice et Développement) ?

Celui qui a traité dans une vidéo, datée du 12 octobre, l’enseignant de « voyou » pour avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète de l’islam, dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression, endosse une responsabilité énorme dans le sort funeste réservé à Samuel Paty.

Depuis plus de 25 ans, cet islamiste radical sévissait en France et nourrissait abondamment les notes des services de renseignement sans jamais être arrêté ou jugé, à part une interpellation, en décembre 2012, lors d’une manifestation non autorisée, organisée contre Israël par son « Collectif Cheikh Yassine », du nom du fondateur de l’organisation Hamas. Il a été relaxé le jour même.

Qui est Abdelhakim Sefrioui, imam autoproclamé et agitateur professionnel ? Dans les années 80, l’homme était déjà connu pour ses accointances avec des mouvements islamistes radicaux.

Selon nos investigations, Abdelkakim Sefrioui avait activement milité en France dans l’organisation Talaa’i Islamya de Issam Attar, deuxième guide suprême des Frères musulmans syriens, mort en exil en Allemagne.

Il est aussi cadre influent en France du MUR (Mouvement Unicité et Réforme), le bras idéologique du PJD (Parti Justice et Développement), actuellement dans la coalition gouvernementale marocaine.

Même si le PJD dément toute relation avec Abdelhakim Sefrioui, ce dernier est bel et bien en relation avec des poids lourds du parti islamiste. Il est ainsi en contact étroit avec le président du MUR, Abderrahim Chikhi, ainsi qu’avec Aous Remmal, membre du Conseil national du PJD, vice-président du Bureaux exécutif du MUR et membre du Conseil de la Choura du MUR.

Selon nos informations, Abdelhakim Sefrioui est également en relation avec Khalid Mechaal, un des dirigeants de Hamas, considérée comme une organisation terroriste par l’Union européenne et les États-Unis.

Brahim Chnina, le père de la prétendue élève de Samuel Paty

L’assassinat odieux de l’enseignant Samuel Paty pourrait bien sonner le glas de cet islamiste radical, naturalisé français après un mariage avec une convertie.

Lui et son acolyte Brahim Chnina, né à Oran et détenteur d’un passeport marocain, sont en garde à vue.

Père de la prétendue élève de Samuel Paty, Brahim Chnina a harangué les foules, via une vidéo postée sur Youtube, pour les mobiliser contre l’enseignant qui aurait montré à des élèves musulmans des images dégradantes du prophète Mohammad.

Se présentant comme “membre du Conseil des imams de France”, Abdelhakim Sefrioui a diffusé aussi sur Youtube une vidéo dans laquelle il faisait témoigner la fille de Brahim Chnina, laquelle aurait été traumatisée par l’affront infligé par l’enseignant.

Dans les faits, l’élève de 13 ans ne suivait ni les cours ni était dans la classe de l’enseignant, contrairement aux affirmations du père et de son acolyte dans des vidéos devenues virales.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite