France: 147 Marocains décédés des suites du coronavirus

D’après un recensement des décès enregistrés au sein de la communauté marocaine en France, 147 MRE sont décédés des suites du coronavirus.

La communauté marocaine en France a perdu  147 de ses membres,  décédés du coronavirus. A cette douleur s’ajoute celle de ne pas pouvoir rapatrier les dépouilles au Maroc comme l’auraient souhaité les familles.

Par ailleurs, le père du député franco-marocain, Mustapha Laabid, est décédé à Rennes le 2 mai non pas du coronavirus mais d’une maladie chronique.

A l’heure actuelle, le ministère chargé de la communauté marocaine a pris en charge les frais d’inhumation de 11 personnes en situation de précarité.

Parmi ces 11 personnes, il y a le cas d’un Marocain qui a été retrouvé mort dans la chambre d’un foyer d’hébergement à Nanterre. Cela pose l’épineuse question des “Chibanis” qui vivent dans des foyers où la distanciation sociale est quasi-impossible.

La grande promiscuité, notamment avec des cuisines et des sanitaires collectives, augmente le risque de contamination par le Covid-19. A cela s’ajoute la comorbidité liée à la rupture de soins (diabète, hypertension…).

Pour les Marocains de France, cette pandémie amplifie leur chagrin. Si elles arrivent à inhumer leurs proches dans un carré musulman du fait de la  saturation des carrés confessionnels dans les cimetières, l’interdiction de toute toilette mortuaire et des obsèques qui se font désormais dans la plus stricte intimité, perturbent encore plus l’indispensable travail de deuil.

“Depuis que les êtres humains sont sur Terre, ils font des sépultures, des rituels du deuil, observait le psychiatre Boris Cyrulnik sur France Inter. Toutes les cultures en ont, et là on sera obligés de ne plus en faire. Donc ça va provoquer des angoisses et de grands malaises parmi les survivants », redoute-t-il.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite