Un “Etat du tout répressif” s’est installé avec l’avènement de la “nouvelle Algérie” (Rapport)

Un “Etat du tout répressif” s’est installé depuis deux ans avec l’avènement de la “nouvelle Algérie”, marquée par le renforcement massif des moyens sécuritaires, a dénoncé le Comité de Libération des Détenus d’Opinion.

“La plupart des droits humains sont bafoués, les droits individuels comme les droits collectifs”, lit-on dans un rapport accablant du comité sur la situation des droits de l’Homme en Algérie.

Le document publié à l’occasion de la journée internationale des droits de l’Homme par le comité, une organisation de la société civile, a relevé que “le grave niveau de dégradation de l’état des droits humains en Algérie est incontestable depuis deux ans”.

“Pour le pouvoir militaire à façade civile, la forte répression est devenue le seul moyen de gestion d’une société qui le rejette massivement, tous les scrutins électoraux faisant foi”, regrettent les auteurs du rapport.

Ils soulignent que la crise sociale majeure qui s’annonce, ajoutée à la crise de légitimité, au climat de terreur et aux tensions internationales, ne peut que rendre “très inquiétant l’avenir immédiat de l’Algérie”.

Dans ce sens, le comité relève que près de 300 détenus d’opinion croupissent dans les prisons du régime, estimant que les atteintes aux droits humains sont une constante de l’Algérie indépendante.

Il fait observer que “le pouvoir algérien issu du coup de force de 1962 s’est toujours servi de la répression sous toutes ses formes pour asseoir sa pérennité avec une modulation d’intensité selon les périodes de risque politique”.

“Les incarcérations arbitraires, la torture voire les assassinats ont été souvent utilisés pour réduire toute voix dissidente à ce régime autoritaire”, a-t-il dénoncé.

Il rappelle que certaines grandes manifestations de protestation publique ont été réprimées dans le sang à l’aide d’armes de guerre citant à titre d’exemple celles d’octobre 1988 et du Printemps noir en 2001 qui ont été à l’origine de centaines de morts et de milliers de blessés.

En février 2019, le peuple algérien s’est engagé dans une marche révolutionnaire pour recouvrer sa souveraineté, a ajouté le rapport, notant que ce mouvement populaire (Hirak) se trouve actuellement confronté à une politique répressive généralisée visant à créer un climat de terreur pour mettre fin à toute contestation.

Il a précisé que des centaines de citoyens sont détenus sur l’ensemble du territoire national et des milliers d’autres sont sous contrôle judiciaire.

Il a relevé que la simple expression citoyenne d’une idée ou d’une opinion par un écrit, un dessin, une caricature, une vidéo, à partir de n’importe quel support (particulièrement les réseaux sociaux), et qui ne s’inscrit pas dans l’apologie de la politique menée par le régime peut être motif à une interpellation et à un emprisonnement.

“Le droit de manifester est réprimé et il est actuellement quasiment interdit de fait au vu des conditions d’autorisation et des grands moyens de répression régulièrement déployés”, a-t-il fait remarquer.

Dans le même ordre d’idées, le rapport fait état des “cas fréquents de brutalité, de torture et d’abus sexuels avec viol qui ont été dénoncés et ont été à l’origine d’une onde de choc dans l’opinion nationale et internationale”.

Les détenus d’opinion et politiques n’ont pas droit à une justice équitable, a-t-il déploré, faisant savoir que la justice algérienne est instrumentalisée dans des procès arbitraires où la défense subit des contraintes.

Les chefs d’inculpation contre ces détenus politiques sont “disproportionnés, fantaisistes”, considère-t-il, expliquant que le plus souvent, il s’agit d’atteinte à l’ordre public, atteinte à l’unité de l’Etat, attroupement non armé, outrage à agents publics, à quoi s’est rajoutée en juin dernier la modification du Code pénal portant sur l’article 87 bis qualifiant d’activité terroriste toute acte politique qui ne s’inscrit pas dans la ligne du régime, ce qui fait encourir de lourdes sanctions.

Concernant les Droits culturels et identitaires, le rapport a dénoncé des “discours racistes anti-kabyles de la part entre autres de députés et sénateurs en exercice et qui ont été tolérés et ont prospéré dans l’impunité malgré des procédures judiciaires engagées”.

Il fait savoir qu’un rassemblement à velléité d’épuration ethnique appelée “opération zéro kabyle” a été ouvertement permis, et n’a donné lieu à aucune enquête ni poursuite de ses organisateurs, faisant remarquer que des tentations de revenir sur les quelques acquis en matière d’enseignement et d’usage de la langue amazighe ont été également constatées.

“La région de Kabylie est particulièrement ciblée en raison de son rôle majeur dans le Hirak”, regrette le rapport, ajoutant qu’une “politique de répression très agressive est menée à son encontre, le climat de tension et de terreur permanente est fortement entretenu avec plusieurs vagues d’arrestations de citoyens pacifiques dans des conditions visant à terroriser les populations”.

S’agissant du Droit à l’information, le rapport indique que les journalistes ont de grandes difficultés à exercer normalement leur profession et plusieurs d’entre eux ont été réprimés et sanctionnés avec de lourdes peines pour avoir accompli leur vocation à informer.

“La presse indépendante est muselée. Les médias électroniques sont bloqués de diffusion en Algérie : TSA, Radio M, le Matin d’Algérie, Interlignes, l’Avant-garde d’Algérie..”, s’indignent les auteurs du rapport, qui indiquent que les directeurs de publication sont souvent convoqués par les services de sécurité et subissent des tracasseries de tout ordre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite