Maroc: “le 10 octobre 2022, on se coupe les cheveux pour les droits des femmes”

Des artistes marocaines, des activistes, des  journalistes, des auteures, des productrices de cinéma ont appelé à créer une chaîne de solidarité pour défendre les droits et libertés des femmes à travers un geste symbolique: «Le 10 octobre 2022, on se coupe les cheveux pour les droits de la moitié de la société».

Sous le titre « Pour Mahsa Amini, Meriem et toutes les autres… » , la vidéo, d’une durée de 01mn 07 secondes, fait ainsi le tour des réseaux sociaux depuis ce lundi 10 octobre, Journée nationale des droits des femmes, montrant des artistes, des écrivaines, des productrices de cinéma, des activistes de la société civile et de la sphère politique et des journalistes marocaines  en train de se couper une mèche de cheveux, sur fond de «Ciao Bella » chanté par une artiste iranienne.

Les comédiennes Mouna Fettou , Latéfa Ahrrare, Qods Joundoul, les productrices Lamia Chraibi, Bahija Lyoubi et Bouchra Malak, la monteuse Zineb El Hardouz, les auteures Bahaa Trabelsi et Narjis Rerhaye, les militantes associatives Khaoula Assebab Benomar, Naima Senhadji, Rhizlaine Benachir, Laila Ouachi, Nadia Doghmi, les journalistes et chroniqueuse Samira Sitaïl, Hasna Daoudi, Ghizlaine Taibi, Aicha  Zaimi Sakhri, Rita Touzani et Nadia Larguet, la parlementaire Neila Tazi et enfin les activistes politiques Fatiha Layadi et Naima Farah ont choisi de se mobiliser en ce 10 octobre.

Pour toutes ces femmes, il s’agit d’une mobilisation contre toutes les formes de violence faites aux femmes. Par ce geste symbolique, ces femmes qui se sont filmées en train de se couper les cheveux entendent « se mobiliser pour les libertés et les droits des Marocaines ».

La vidéo s’achève sur un appel à créer une chaîne de solidarité : « Le 10 octobre 2022, on se coupe les cheveux pour les droits de la moitié de la société ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite