GB : Les frappes militaires en Syrie envoient un “message clair” contre l’usage des armes chimiques (May)

La Première ministre britannique Theresa May a affirmé samedi que les frappes menées en Syrie par Londres, Paris et Washington envoyaient un "message clair" contre l’usage des armes chimiques interdit par la communauté internationale.

"Cette action collective envoie un message clair : la communauté internationale ne se tiendra pas en retrait et ne tolérera pas l’emploi d’armes chimiques", a précisé Mme May, en qualifiant ces frappes de "justes et légales".

C’est la première fois que Mme May ordonne, depuis son accession au poste de Première ministre à l’été 2016, une intervention militaire des forces armées britanniques.

Londres accuse le régime de Bachar Al Assad d’avoir utilisé des armes chimiques "contre son propre peuple", de la manière "la plus cruelle et la plus odieuse qui soit".

La PM britannique affirme avoir autorisé les forces armées britanniques à mener "des frappes ciblées et coordonnées" contre les capacités militaires chimiques du régime de Bachar al-Assad, pour "protéger des personnes innocentes en Syrie" et empêcher "l’érosion des normes internationales" interdisant le recours à des armes chimiques.

Cette opération militaire "est dans l’intérêt national" du Royaume-Uni, précise-t-elle.

Selon le ministère britannique de la défense, quatre avions de combat Tornado GR4 de la Royal Air Force ont lancé des missiles Storm Shadow contre un complexe militaire – une ancienne base de missiles – à 24 kilomètres à l’ouest de Homs".

Cette cible, "où le régime est supposé conserver des armes chimiques", a été déterminée à la suite d’une "analyse scientifique très méticuleuse", visant à maximiser la destruction de l’arsenal chimique syrien, souligne le ministère dans un communiqué.

"La communauté internationale a réagi de manière décisive, faisant un usage légal et proportionné de la force militaire", a affirmé le ministre britannique de la Défense, William Gavinson.

"Tous nos équipages sont rentrés sains et saufs, et les premières indications montrent que la mission semble très réussie", a-t-il souligné.

Selon le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn, la Première ministre aurait dû obtenir l’aval du Parlement avant d’autoriser des frappes militaires en Syrie.

Le Royaume-Uni, les Etats-Unis et la France ont mené samedi avant l’aube des frappes coordonnées en Syrie, en représailles à l’attaque chimique ayant visé dernièrement la ville rebelle de Douma.

Mme May devra présenter lundi au Parlement un rapport sur l’intervention militaire britannique ciblée menée en Syrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite