Algérie: morne début de campagne pour le référendum constitutionnel

La campagne en vue du référendum sur la révision de la Constitution censée fonder une “Algérie nouvelle” et répondre aux aspirations du mouvement de protestation populaire a démarré mercredi dans l’indifférence de larges pans de la population.

La campagne en vue du référendum sur la révision de la Constitution censée fonder une “Algérie nouvelle” et répondre aux aspirations du mouvement de protestation populaire a démarré mercredi dans l’indifférence de larges pans de la population.

Voulu par le président Abdelmadjid Tebboune, ce scrutin aura lieu à la date symbolique du 1er novembre, anniversaire du début de la Guerre d’indépendance contre la puissance coloniale française (1954-1962).

“Novembre 1954: la libération, novembre 2020: le changement”, promet le slogan officiel de la campagne qui s’achèvera le 28 octobre à minuit.

Une promesse qui ne semble guère mobiliser les foules, à en croire des Algériens interrogés par l’AFP.

“Rien n’a changé avec ces gens au pouvoir. Ils ont volé la révolution de novembre (1954) et aujourd’hui ils veulent voler les espoirs nés du +Hirak+”, peste Ali, un ancien syndicaliste.

Soulèvement inédit, pacifique et sans véritable leadership, le “Hirak” est né en février 2019 d’un immense ras-le-bol des Algériens qui réclament un profond changement du “système” en place depuis 1962. En vain jusqu’à présent, même s’il a arraché le départ du président Abdelaziz Bouteflika.

 

– Espoir déçu –

 

Pour le président Tebboune, le projet d’amendement constitutionnel est “la pierre angulaire de la Nouvelle Algérie”.

Il “s’inscrit en droite ligne des exigences de l’édification de l’Etat moderne et répond aux revendications du +Hirak populaire authentique béni+”, l’expression consacrée par le pouvoir à un mouvement qu’il estime désormais achevé, qualifiant ses partisans de “contre-révolutionnaires”.

“Je pense que ce référendum est illégitime car ceux qui l’organisent le sont”, rétorque Ahcène Kadi, jeune artiste et militant du “Hirak”.

Au lendemain de son élection en décembre 2019, marquée par une abstention record, M. Tebboune s’était engagé à réviser la Constitution et à soumettre la réforme à un référendum.

Une commission de constitutionnalistes, nommée en janvier, a remis ses conclusions en mars après consultation des partis, de personnalités connues et de représentants de la société civile.

Le projet de révision propose “un changement radical du mode de gouvernance”, afin de préparer l’avènement d’une “Nouvelle république”.

Il prévoit de renforcer le principe de séparation et d’équilibre des pouvoirs, afin d’épargner au pays “toute dérive de despotisme tyrannique”, de moraliser la vie politique et de rendre transparente la gestion des deniers publics.

“Nous avions espoir que cette révision de la Constitution et ce référendum soient une opportunité pour le gouvernement de réaliser un réel changement, mais d’après ce que j’ai constaté il n’y a pas de grande différence avec la Constitution de Bouteflika”, regrette Mohamed Lamine Meghenine, un journaliste.

 

– Passivité et abstention –

 

Mais la grande majorité des Algériens n’a toujours pas pris connaissance de ce texte adopté sans débat par le Parlement début septembre.

“Je ne me sens pas concerné. Pourquoi voter pour un projet auquel je n’ai pas eu accès”, lance, furieux, Brahim Bahmed, un Algérois retraité, déplorant que “le large débat promis n’ait pas eu lieu”.

Saïd, un chauffeur de taxi, ira lui voter “sans conviction” mais avec l’infime espoir que “les choses changeront peut-être après le vote”.

Si radios et TV consacraient des programmes au référendum, la plupart des panneaux électoraux étaient vides mercredi à Alger.

Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi, a assuré à la radio publique que “le scrutin sera(it) transparent et impartial”.

Toutefois, l’ANIE “voudrait limiter la campagne électorale aux acteurs ayant manifesté leur adhésion au projet et éviter que d’autres viennent la parasiter”, relève le politologue Mansour Kedidir.

“Difficile d’imaginer un engouement populaire durant la campagne. Avec une passivité déconcertante, le citoyen laisse faire. Il se soucie davantage de la précarité de la vie que de la rhétorique de la réforme”, observe-t-il.

Dans un climat de répression, les opposants — des islamistes à l’extrême-gauche en passant par les défenseurs des droits humains — dénoncent un projet visant à enterrer le “Hirak”.

“L’abstention risque d’être, comme dans tous les scrutins, le principal gagnant et la crise de légitimité sa conséquence logique”, prédit Louisa Dris-Aït-Hamadouche, enseignante en sciences politiques à l’université d’Alger.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite