A Beyrouth, Macron rencontre Fairuz

Emmanuel Macron joue gros mardi au Liban, où il va continuer à faire pression sur la classe politique pour qu’elle lance de véritables réformes susceptibles de répondre à la colère des Libanais, un mois après la terrible explosion du port de Beyrouth.

Etre efficace en allant vite, sans pour autant faire preuve d’ingérence: le président français s’est fixé un objectif ambitieux pour ce deuxième déplacement en moins d’un mois.

“C’est un pari risqué que je fais. J’en suis conscient. Je mets sur la table la seule chose que j’ai: mon capital politique”, a-t-il au déclaré site d’information américain Politico.

Cette visite au pas de course aura d’abord une dimension symbolique pour démontrer que les Libanais sont “comme des frères pour les Français”, comme l’a proclamé Emmanuel Macron à son arrivée.

Après avoir rendu visite lundi soir à la diva Fairouz qui, à 85 ans, est considérée comme la plus grande chanteuse arabe vivante, il a planté mardi un cèdre – l’emblème du pays – dans la réserve naturelle de Jaj, au nord-est de Beyrouth.

Une façon de marquer le centenaire de la création de l’Etat du Grand-Liban le 1er septembre 1920 par le général français Henri Gouraud. La Patrouille de France était mobilisée pour l’occasion et a survolé Beyrouth et la montagne libanaise aux couleurs du drapeau libanais, rouge, blanc et vert.

Emmanuel Macron s’est ensuite rendu au port de Beyrouth, comme il l’avait fait le 6 août, deux jours après l’explosion ayant fait au moins 188 morts et plus de 6.500 blessés en dévastant une partie de la capitale.

Il s’est rendu sur le porte-hélicoptères Tonnerre, arrivé le 14 août avec 750 hommes et 150 véhicules, et devait rejoindre un navire de la CGM GMA, venu de Marseille (sud-est de la France) avec à bord plus de 2.500 tonnes d’aide humanitaire envoyées par l’Etat, des ONG, des entreprises et des collectivités.

Emmanuel Macron débutera ensuite la partie la plus sensible et la plus attendue de sa visite: les difficiles discussions avec les responsables politiques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite