Laila Ouachi: depuis Dakhla, le challenge Sahraouiya promeut les valeurs universelles d’humanité et de solidarité

Le raid solidaire et féminin Sahraouiya revient à Dakhla pour sa 8è édition. Mme Laila Ouachi, présidente de l’Association Lagon Dakhla et co-organisatrice de cette compétition multi-sports explique, dans un entretien à la MAP, les nouveautés et les ambitions affichées pour l’édition 2022, qui se déroule du 26 février au 5 mars.

1- Quelles sont les nouveautés de l’édition 2022 du raid Sahraouiya et quels sont les efforts qui ont été déployés pour en garantir la réussite en pleine crise mondiale liée à la Covid-19 ?

Laila Ouachi : Bien que nous soyons dans une période de pandémie induite par la propagation de la Covid-19, nous avons continué à travailler tout en gardant à l’esprit le risque que le raid n’ait pas lieu surtout au vu du grand nombre des participantes en provenance de pays étrangers. Comme vous le savez, Sahraouiya est devenue, au fil des années, une aventure très passionnante qui ne cesse de gagner en notoriété puisque, cette année, nous avons une représentativité féminine très importante issue de pays d’Europe, d’Amérique, du Moyen-Orient et d’Afrique. Toutes ces femmes sont porteuses d’un seul et même message-appel en faveur de la solidarité et de la paix dans le monde. Nous comptons 90 participantes, ce qui implique une logistique très importante pour assurer la sécurité de l’ensemble des parcours et permettre à toutes ces participantes de se rencontrer dans une ambiance conviviale et familiale.

Certes, la situation sanitaire mondiale perdure depuis plus de deux ans, mais Sahraouiya a su adapter son format pour offrir à ces femmes-participantes toujours enthousiastes, mais aussi aux organisateurs et aux journalistes représentant divers supports médiatiques, un environnement sain et sécurisé et une aventure inoubliable dans cette chère partie du territoire du Royaume. C’est ainsi que les règles décrétées pour la lutte contre la Covid-19 sont scrupuleusement respectées, notamment la réalisation de tests PCR à l’arrivée à Dakhla, l’organisation de réunions d’encadrement et de briefings dans des endroits et espaces ouverts ou en plein air, avec l’observation stricte de la distanciation physique, sans oublier l’obligation du pass sanitaire et la présence d’équipes médicales durant toute la durée de l’événement.

2- Au-delà du challenge, Sahraouiya ambitionne de promouvoir, au-delà des frontières nationales, les nobles valeurs d’humanité et de solidarité depuis la ville de Dakhla, perle du sud marocain. Quelle en est la symbolique ?

Effectivement, le challenge Sahraouiya veille à promouvoir les valeurs universelles d’humanité et de solidarité, depuis la ville de Dakhla. Pour cette année, nous avons choisi comme slogan, à la veille de la célébration du 8 mars, solidarité et paix dans le monde, des valeurs universelles que toute femme porte et défend au quotidien. L’expérience Sahraouiya est de nature à enrichir sa vie, à la faveur d’un partage et d’un échange avec ses semblables issues des quatre coins du monde. Au-delà des frontières, Dakhla symbolise toutes ces valeurs humaines et universelles. Érigée en un Hub incontournable vers l’Afrique subsaharienne, Dakhla est en phase de devenir une ville cosmopolite. Elle représente aujourd’hui la ville de l’espoir et de l’espérance pour plusieurs qui ont choisi de s’y installer et d’y vivre de nouvelles aventures, contribuant ainsi à la création d’emplois et au développement que connaissent les provinces du Sud. Il s’agit d’un développement tous azimuts que Sahraouiya s’attache à accompagner, en faisant découvrir la riche culture et l’héritage matériel et immatériel inestimable de la région. D’ailleurs, toutes les femmes participantes finissent par retourner à Dakhla: il y en a pas une qui n’est pas revenue au moins une à deux fois.

3- Le raid Sahraouiya est aussi au cœur de l’action sociale. Chaque année, des marraines portent haut son message. Qu’en est-il pour cette édition ?

Les marraines portent la lettre et l’esprit de Sahraouiya avec des femmes qui, à chaque fois, ont un parcours exceptionnel. Aicha Ech-Chenna, présidente de l’association Solidarité Féminine d’aide aux mères célibataires et maman de toutes les causes, nous fait l’honneur d’être la marraine de cœur de Sahraouiya depuis sa création et à qui un vibrant hommage sera rendu cette année pour son engagement inconditionnel. A ses côtés, il y a aussi Mme Latifa Chérif, présidente de l’association “Les amis du ruban rose” pour le soutien des femmes atteintes du cancer du sein, une noble cause dont nous sommes fières d’y contribuer ensemble. Nous avons également plusieurs invitées d’honneur, ambassadrices de bonne volonté, en l’occurrence Justine Hutteau, entrepreneure franco-belge fortement engagée dans le social. Pour nous, toutes les participantes sont des marraines, parce que chacune d’entre elles est la marraine de son association. Nous comptons environ une quarantaine d’associations qui sont représentées à ce raid et c’était notre plus grand défi.

4- Sahraouiya est un raid féminin qui se tiendra à la veille du 8 mars, Journée internationale de la femme. Auriez-vous un message à lancer ?

Avec Sahraouiya, nous célébrons le 8 mars tous les jours, que ce soit au niveau des préparatifs ou l’accompagnement des différentes associations qui s’emploient à promouvoir la condition féminine. Aujourd’hui, nous devons être solidaires envers toutes ces femmes qui sont dans le besoin, qui vivent dans la précarité, mais aussi qui manquent de sensibilisation vis-à-vis de leurs droits les plus élémentaires.

5- Comment Sahraouiya contribue au rayonnement du Maroc à l’international ? Avez-vous des ambitions futures concernant cet événement, notamment vis-à-vis de l’Afrique au vu des liens historiques solides unissant le Royaume et sa profondeur africaine ?

L’accompagnement des médias nationaux et étrangers et la forte médiatisation de cet évènement sur les réseaux sociaux par les associations, participantes ou influenceuses ont permis à Sahraouiya de gagner en notoriété, à même de devenir un moyen de promotion de la région du sud à l’échelle nationale et internationale, mais aussi mise en avant de cette belle image de la femme marocaine. Grâce à plusieurs événements organisés, y compris Sahraouiya, Dakhla s’est imposée en tant que destination prisée par les touristes nationaux et internationaux. S’agissant des ambitions futures, nous œuvrons dans le cadre d’une diplomatie parallèle en faveur notamment de l’intégration des immigrés subsahariens, grâce au soutien de plusieurs partenaires, dont l’Agence marocaine de coopération internationale. Pourquoi ne pas nous déplacer en Afrique pour organiser un évènement solidaire de ce genre ? C’est une idée qui est en train de germer et de prendre forme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite