“France Inter” juge “incroyable”, “absurde” et risible” que l’Algérie accuse le Maroc d’être derrière les incendies en Kabylie

“Aussi incroyable – et risible – que cela puisse paraître, le gouvernement algérien accuse bel et bien le Maroc d’être derrière les feux de forêts qui ont fait une centaine de morts en Kabylie”, s’étonne vendredi “France Inter”, soulignant que “lorsque tout va mal” en Algérie, “toujours accuser son voisin, le Maroc”.

Dans son éditorial de ce vendredi consacrée aux accusations de l’Algérie contre le Maroc, la première radio de l’hexagone, “France Inter”, relève qu'”en ce qui concerne le Maroc, Alger n’en est pas à une absurdité près. D’autant que le gouvernement algérien, réuni hier en Haut conseil de sécurité autour du président Tebboune, accuse aussi “l’entité sioniste”, c’est-à-dire Israël et donc le Mossad” d’être derrière les feux de forêts qui ont ravagé la Kabylie.

“Première chose qui vient à l’esprit: il est parfaitement absurde que le Maroc soutienne l’irrédentisme kabyle et, en même temps, soit derrière ses incendies meurtriers”, a relevé l’éditorialiste.

“En fait, poursuit l’éditorialiste Anthony Bellanger, l’Algérie n’a toujours pas avalé la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental par les Etats-Unis fin 2020 et celle, simultanée, d’Israël par le Maroc fin 2020″, rappelant que l’administration Biden suit le même chemin.

Selon la radio française, “il en faut un peu plus pour expliquer cette poussée de fièvre. Il faut que l’Algérie ait besoin de détourner l’attention de son propre peuple de son impéritie. Or c’est exactement ce que viennent de démontrer les incendies de Kabylie“.

Nulle par ailleurs autour de la Méditerranée, des feux de forêts n’ont occasionnés un tel bilan humain, souligne France Inter, constatant que “l’Algérie semble démunie face à un phénomène parfaitement prévisible : elle n’a par exemple pas de moyens aériens de lutte contre les incendies” et  a dû faire appel à l’entraide internationale et, comble d’humiliation, elle a dû accepter l’aide de la France.Pas celle du Maroc, évidemment”.

“Une impréparation criminelle qui se double, en plus, d’une crise économique épouvantable”, note l’éditorialiste, rappelant que “que pour un pays dont le budget dépend aux ¾ du prix du pétrole et du gaz, son doublement en quelques mois devrait être une bonne nouvelle. Sauf que c’est encore fait trop peu pour l’Algérie qui a besoin d’un pétrole autour de 120$ le baril, pour combler ses énormes déficits”.

En plus, ajoute “France Inter”, le pays est en pleine crise sanitaire à cause de la Covid-19 et n’a vacciné qu’à peine 2% de sa population. Le tout en comptant sur le vaccin chinois Sinovac dont on sait qu’il stimule 10 fois moins la production d’anticorps que le Pfizer par exemple”.

Comble de l’humiliation : le pays qui, en Afrique, a le plus vacciné est… le Maroc, avec un tiers de sa population immunisée !“, souligne l’éditorialiste Anthony Bellanger.

Et de conclure: “S’en est trop pour Alger qui a donc recours à la bonne vieille recette suivante : lorsque tout va mal, toujours accuser son voisin, surtout quand c’est le Maroc !”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite