Le CFCM recommande de ne pas reprendre la prière de vendredi dans les mosquées avant le 22 juin

Malgré le décret autorisant une reprise des cérémonies religieuses dans les lieux de culte, le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) réitère ce vendredi son appel à différer cette reprise au 3 juin 2020 afin de mieux mesurer l’impact du déconfinement.

Le gouvernement a pris de nouvelles mesures à l’occasion de la deuxième étape du déconfinement prévue le 3 juin 2020 et a maintenu de nombreuses restrictions jusqu’à au moins 22 juin 2020, notamment la limitation à 10 personnes pour les rassemblements dans l’espace public.

Pour les lieux de culte, la fixation du seuil maximal de fréquentation, qui peut être supérieur à 10, est sous la responsabilité des organisateurs qui doivent s’assurer du strict respect de la règle de la distanciation physique d’au moins un mètre entre deux personnes. Celle-ci se traduit par une superficie individuelle d’environ 4 m² par personne. En particulier, les fidèles doivent se saluer sans aucun contact physique.

Dans un communiqué, le CFCM appelle les responsables musulmans à ne reprendre les célébrations des prières journalières dans les mosquées qu’à partir du 3 juin 2020 et à la condition qu’ils soient en mesure de créer ce climat de sérénité essentiel à toute prière et recueillement.

“S’il n’est pas possible d’assurer la maîtrise du seuil maximal des effectifs, le respect spontané des gestes barrière et de la distanciation physique, le port obligatoire du masque, la désinfection régulière et d’autres moyens de protection sanitaire, il est préférable de différer la reprise à une période plus propice”, préconise le président du CFCM, Mohammed Moussaoui. Les CRCMs sont appelés à accompagner les mosquées de leurs régions respectives, à faire partager les bonnes expériences et à renforcer l’entraide et la solidarité entre les mosquées.

Le CFCM recommande également que cette reprise soit progressive : “débuter par deux ou trois des cinq prières journalières, puis fixer de nouvelles étapes en fonction de la situation sanitaire de notre pays. Regrouper certaines prières comme Dohr et Asr, pourrait être une mesure envisageable”, conseille-t-il.

“S’agissant de la prière de vendredi qui fait partie des grands rassemblements sur lesquels pèsent encore des contraintes fortes”, le CFCM recommande “vivement de la différer au-delà du 22 juin 2020, le temps de mesurer l’impact de la deuxième étape de déconfinement.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite