Des milliers de manifestants s’opposent au candidat à la présidentielle, Eric Zemmour

Ils étaient des milliers à manifester ce dimanche à Paris pour faire “taire” le candidat de l’extrême droite Eric Zemmour. Ce dernier tenait son premier meeting de campagne électorale à Villepinte, en région parisienne.

Islam, immigration, déclassement, le grand remplacement, tels sont les thèmes développés par le polémiste Zemmour dans son discours, devant quelque 13 000 personnes, au Parc des expositions, à Villepinte (Seine-Saint-Denis) .

Face à ses troupes rassemblées derrière son nouveau slogan, “Impossible n’est pas français” ce premier meeting depuis l’officialisation de son entrée en campagne, mardi 30 novembre, a été l’occasion pour le candidat Zemmour de marteler être “prêt à prendre les manettes”  du pays pour répondre à deux “craintes qui hantent les Français”, celle du grand déclassement (…) et celle du grand remplacement avec l’islamisation de la France et l’immigration de masse”.

“L’immigration zéro deviendra un objectif clair de notre politique”, a déclaré Eric Zemmour par le renvoi de “tous les clandestins présents illégalement sur le sol Français”, “expulser immédiatement les délinquants étrangers, déchoir les criminels binationaux de leur nationalité française”, avant de promettre de soumettre ces questions au peuple français par référendum.

“Oui, nous tendons la main aux Français de confession musulmane qui veulent devenir nos frères ! Il y en a ! Et notre main est ferme et sans compromission : si vous faîtes de la France votre mère et de chaque Français votre frère, vous êtes nos compatriotes”, a-t-il dit.

Le polémiste se pose par ailleurs du “pouvoir et de ses relais médiatiques”. “La meute est désormais lancée à mes trousses. Mes adversaires veulent ma mort politique. Les journalistes veulent ma mort sociale et les djihadistes veulent ma mort tout court.”

Un important dispositif de sécurité a été déployé aux abords du lieu du meeting, et plus d’une centaine de manifestants anti-Zemmour, protestant contre “le racisme, le négationnisme, l’homophobie” du candidat ont été dispersés par les forces de l’ordre.

Rejetant les accusations de racisme et de misogynie, le candidat s’est justifié en lançant “comment pourrais-je penser cela, moi, petit juif berbère venu de l’autre côté de la Méditerranée ? “.

Entre deux “on est chez nous” et des “vive la France” scandés par ses supporters, le meeting s’est déroulé dans une ambiance hostile à l’égard des journalistes, hués et encerclés à plusieurs reprises par la foule.

Entre le quartier Barbès et La Villette, c’est une autre ambiance. Des milliers de manifestants à l’appel de mouvements anti-fachos protestaient contre le candidat de l’extrême gauche.

“C’est une victoire, on a réussi à virer Zemmour de Paris”, hurle Raphaël Arnault en tête du cortège. “Et pour répondre à tous ceux qui nous accusent de vouloir priver de parole un candidat, rappelez-vous qu’on parle d’un multicondamné pour provocation à la haine raciale et religieuse !” , a scandé ce membre d’Extinction Rebellion.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite